PORSCHE Taycan 4S : la plus luxueuse des VE ?

Article publié le 18 février 2021 par rubrique Actus, Porsche et 7800 visites

Voici l’essai tant attendu de la si emblématique Taycan présentée par le constructeur de Stuttgart.

Nota : Nous ne ferons pas ici un essai comparatif avec les Tesla model S et Model 3 qui ne sont pas sur le segment premium de la Porsche Taycan, même si du point de vue des performances ou des équipements, les modèles sont comparables.

Premium

On est dans une Porsche, c’est bien cela qui retient l’attention lors de la première prise en main. Gabarit d’une grande routière, on pourrait presque la confondre avec une Panamera (lire l’essai), néanmoins, au volant, les codes sont plus proches d’une 911 que d’une routière. Profondément calé dans le cuir rouge de très belle facture, on reste surpris pas l’imposante console centrale qui se prolonge, aux places arrières par un tunnel central quelque peu surprenant. On à l’impression de conduire une voiture très large, 1,71 mètres à l’avant, même sensation qu’avec la Panamera, (22 cm de moins néanmoins). Reprise du cuir des sièges sur le tableau de bord, tous les matériaux sont très bien sélectionnés, pas de doute on est dans la Porsche de demain et d’après-demain !

Des écrans partout

Si vous êtes geek et puriste, vous n’apprécierez pas la Taycan, des écrans, il y en a quatre. Au centre, écran tactile destiné généralement à la navigation, au multimédia et à l’Apple car play. Le compteur de vitesse est remplacé par un large écran incurvé, très qualitatif et très élégant. Comme sur la Panamera, il est paramétrable à souhait, au centre, carte du GPS ou compteur de vitesses et sur la gauche et la droite la possibilité de choisir les informations sur le parcours et/ou de vitesse. Peu d’indications sur le niveau de charge des batteries, c’est dommage. Seule l’autonomie en kilomètres est indiquée, nous verrons qu’il ne faut pas trop s’y fier. Pour connaitre le niveau de charge de la voiture, il faut cliquer sur l’écran tactile de la console centrale, écran plutôt dédié (par défaut) au chauffage et à la climatisation. Enfin un écran face au passager permet de reprendre les principales informations qu’il souhaitera obtenir, la météo, la radio ou encore certains réglages du véhicule. Certaines fonctionnalités sont accessibles de part et d’autre, franchement, c’est un peu déroutant.

Conduite

Il y a 4 modes accessibles par un bouton rond bien pratique sur le volant, en bas à droite.

Range : C’est le mode éco. La voiture est bridée selon les conditions de circulation entre 110 et 150 km/h. La voiture s’abaisse de 2cm pour gagner en aérodynamique, le chauffage ou la clim passent en mode éco aussi. A tout moment, il est possible de débrider l’accélération en appuyant fortement sur l’accélérateur.

Normal, Sport et Sport + sont les modes sans restriction, bien au contraire, on notera qu’en mode Sport +, notre Taycan émet un son de moteur thermique plus ou moins réaliste. Coté son, il est également possible d’activer une onde sonore à basse vitesse pour alerter les piétons.

Les accélérations sont au rendez-vous quelque soit le mode, même en mode Range, la Taycan n’a pas à pâlir, le 0 à 100 en 4 secondes et plus spectaculaire le 80 à 120 km/h en 2,3 secondes. Néanmoins on regrettera de ne pas pouvoir ajuster le niveau de régénération. Allumé ou éteint, pas de possibilité de gérer le niveau, c’est dommage, cela reste un code essentiel d’une voiture électrique. Même allumé, la régénération ne fonctionne qu’en actionnant la pédale de frein. Porsche explique que la conduite et le pilotage ne doit pas être influencé par la technique. C’est un choix qui, nous le souhaitons, ne devienne pas un standard dans le futur.

Et l’auto-pilote ?

En fait, il n’y en a pas vraiment, on peut tout au plus parler d’un régulateur adaptatif, avec un guidage dans la voie. Celui-ci ne semble pas très précis dans les courbes, mais une Porsche est-elle conçue pour être conduite par un ordinateur ? Certainement pas. Un point agréable à préciser, en mode régulateur adaptatif, lorsque l’on met son clignotant vers la gauche pour déboiter et doubler, la Taycan accélère pour reprendre la vitesse de régulation, cela s’avère pratique sur autoroute.

Consommation, autonomie

Notre Taycan dispose de l’option « Batterie Performance Plus 93,4 kWh » facturée 6 576,00 €. Selon nous, il ne s’agit pas d’une option puisque le pack proposé de série (79,2 kWh) s’avère trop juste pour une voiture de cette catégorie. Nous n’avons pas réussi à parcourir plus de 350 kilomètres avec un plein dans les conditions de l’essai, temps de pluie, température extérieure de 8 degrés, peu d’autoroute au delà de 110 km/h. On est loin des 450 annoncés par la voiture lors de sa prise en mains. La consommation affichée lors de la fin de l’essai est de 24,5kWh/100km. Cela reste au delà des valeurs que nous relevons d’habitude. On n’a pas une voiture de sport si l’on ne veut pas consommer d’énergie. La voiture est livrée avec une carte de recharge Ionity, heureusement ce réseau se développe fortement et reste fiable. Elle sera capable d’accepter une supercharge de 270kW en CCS, accessible coté passager. Une prise T2 est également disponible de l’autre coté, sur l’aile avant coté conducteur.

Rangements, habitabilité

Les bacs de portes avant sont bien petits, tout comme la boite à gants, pas de place pour poser son téléphone, là encore les codes de la 911 sont bien là, c’est peu compatible avec le besoin actuel de voyages en couple ou en famille. Seul, un chargeur induction est disponible au fond de l’accoudoir central, sans doute utile pour recharger et utiliser Apple Car Play en USB (2 prises USB C sont disponibles au même endroit) mais peu pratique. En revanche, bonne surprise avec les places arrières, même un passager de 1,8m sera bien installé, nous pouvons donc compter sur 2 vraies places à l’arrière. Malin et utile, une trappe à ski est prévue. Coté bagages, un coffre avant équivalent à celui d’une 911 (avec boite à outils, trousse de secours, emplacement pour écrou antivols de roues (jamais vu et bien pratique). A l’arrière, un vaste coffre est proposé, avec un sous-coffre qui accueille les câbles de charge.

Pour conclure 

Le Taycan 4S est un magnifique produit très qualitatif, très sportif, très confortable, avec un prix qui reste en adéquation avec les valeurs de Porsche. Notre version d’essai est commercialisée au tarif de 145 718 € (prix de départ : 108 632 €).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A propos de

Marc Guillemot est le responsable éditorial du site https://voiturelectrique.eu