Mercedes EQB 350 4MATIC AMG Line : essai

Article publié le 16 mai 2022 par rubrique Actus, Essais, Mercedes et 10930 visites

Après les essais du EQC (lire l’essai) et du EQA (lire l’essai), en toute logique, c’est au tour de l’EQB de prendre place dans nos pages. Il s’agit d’un SUV 7 places 100% électrique, en version 4×4. L’EQB est basé sur la même technologie que l’EQA, batterie de 66,5 kWh pour une autonomie WLTP annoncée de 474 kilomètres. Sur le sujet de l’autonomie, vous trouverez des informations précises sur cette voiture dans notre nouvelle rubrique « voyage en VE » de Patrick Guéneau qui a fait passer l’EQB dans son test de roulage en voyage (lire l’article).

Au volant

Comme à l’accoutumée avec la marque à l’étoile, la sensation de confort et de sérieux est immédiate. Une mention spéciale pour le design et l’ergonomie intérieure. La position de conduite est agréable, renforcée par le réglage électrique des sièges. 3 positions sont mémorisables aisément pour les 2 sièges avant.

Les accélérations sont vives pour un SUV, même si l’avant de la voiture à une tendance à se soulever lors d’un départ vif, mais l’EQB n’est pas fait pour cela.

Des palettes au volant

La gestion de la régénération a été particulièrement travaillée par Mercedes. Avec les 2 palettes au volant, 3 niveaux sont disponibles, de la roue libre à un freinage fort qui laisse penser que l’on effectue un passage de vitesse avec une boite de vitesse manuelle. En effet, la force de freinage est progressive, c’est plutôt très agréable. Sur la route, on en prends vite l’habitude. Néanmoins, impossible de désactiver le mode rampant, du coup, la voiture ne s’arrête jamais seule, sauf lorsque le régulateur est activé dans un bouchon ou une circulation en « accordéon ».

Les 4 modes de conduite sont accessibles depuis la console centrale, ECO, CONFORT, SPORT et INDIVIDUEL.

L’autopilot est particulièrement performant, tout d’abord, il se met en marche comme n’importe quel régulateur de vitesse, à gauche sur le volant. Le guidage dans le voie est alors automatiquement activé si les caméras détectent les bandes latérales sur la route. La lecture des panneaux de limitation de vitesse fonctionne très bien, la vitesse régulée est adaptée à leur lecture. 

Les 6eme et 7eme sièges du rang 3 sont dans le coffre et sont accessibles uniquement par des enfants sans trop de difficultés.

Multimédia 

L’écran horizontal est des plus séduisant, dommage qu’il ne soit pas exploité dans toute sa largeur avec Apple Car Play qui ne fonctionne pas sans fil… La planification d’itinéraires ne propose pas des arrêts cohérents pour les recharges, difficile de s’y fier pour un voyage longue distance qui nécessite des arrêts recharge sans sortir de l’autoroute, notamment. En revanche, des boutons sur la console permettent d’accéder aux principales fonctions, navigation, radio, … C’est très pratique.

Consommation

Nous sommes très agréablement surpris par la consommation annoncée sur le tableau de bord, lors de notre premier voyage sur un trajet péri-urbain. Lors de notre essai de l’EQA, les chiffres retenus de consommation nous avaient semblé élevés par rapport aux offres concurrentes (24kWh aux 100 kilomètres). Avec l’EQB, la consommation sur même parcours s’établit à moins de 21 kWh aux 100 kilomètres. C’est vraiment un bon point qui laisse envisager plus de 300 kilomètres en ville ou sur des trajets quotidiens sans autoroute. Lors des longs trajet, là aussi, nous vous proposons de retrouver tous nos chiffres ici.

Lors de notre essai, à vitesse GPS régulées à 134 km/h, notre consommation est montée à 24 kWh aux 100 kilomètres.

Recharge

Mercedes n’a pas fait le choix d’une recharge ultra-rapide puisque l’EQB n’accepte que 100 kW en DC (11 kW sur prise AC). Néanmoins sur une borne de 63 kW, même à 50% de niveau de batterie, la puissance de recharge reste élevée au delà de 65%. Sur autoroute et sur le réseau Ionity (accessible via la carte Mercedes), on reste frustré de ne pas pouvoir charger plus rapidement avec une voiture de cette catégorie. C’est d’autant plus dommage que Mercedes fait partie du consortium Ionity.

Pour conclure, l’EQB reste une voiture séduisante, la seule 100% électrique à proposer 7 places. Commercialisée à partir de 64 650 € (73 850 € pour notre version d’essai), l’EQB reste une voiture très haut de gamme qui figure parmi les plus chères des électriques. Elle aura sans doute du mal à trouver sa place face aux Tesla, Hyndai ou Kia.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A propos de

Marc Guillemot est le responsable éditorial du site https://voiturelectrique.eu