Toyota C-HR Hybride, fidèle à la marque

Article publié le 13 avril 2017 par rubrique Actus, Essais, Hybrides, Toyota et 6820 visites

« Tais toi et avance », c’est la phrase qui vient à l’esprit lorsqu’on est au volant du C-HR, le petit nouveau de chez Toyota.

La marque nipponne présente son tout nouveau coupé surnommé « COUPÉ HIGH RIDER ». Comprendre un véhicule coupé et surélevé. Un peu comme si Porsche installait la carrosserie d’une 911 sur le châssis du Cayenne. Toutes proportions gardées, bien sur.

Disons que notre C-HR est un SUV avec la ligne épurée d’un sympathique coupé.


Première impression

A l’extérieur, la nippone coupé surprends au premier coup d’oeil. Des formes inédites, des blocs optiques et des feux arrières très originaux, et puis, cette ligne à couper le souffle, en y regardant de plus près, lE C-HR est à fois un coupé et un SUV. Ce look est une première chez Toyota, sur une base Prius 4

SUV : A l’intérieur, pas de doute …

Installé au volant, la sensation de confort est instantanée. Sièges très agréables, chauffants, réglage lombaires électriques, on est bien positionné, ni trop haut, ni trop bas avec au choix la possibilité de monter ou de baisser son siège. Il faut faire quelques tours de roues pour se rendre compte que l’on est relativement haut et pas dans une voiture basse.

L’habitabilité est plus que correcte, bonnes dimensions aux places arrières également. Le coffre est d’une dimension correcte avec les sièges arrières rabattables d’un simple clic. Tous les matériaux sont de bonne facture, l’ergonomie moderne, le système multimédia avec écran tactile est tout à fait bien pensé.

Au volant :

Premiers tours de roues bien agréables au volant du C-HR. Démarrage tout électrique bien sûr, hybride de Toyota oblige. La possibilité de forcer le tout électrique avec le bouton EV. On est dans une voiture électrique. 2 kilomètres sont alors possibles à vitesse réduite en ville.

Au delà de 30 km/h la voiture passe en mode thermique. Il faudra avoir le pied léger pour ne pas faire vrombir le moteur thermique. Certes l’hybridation est une vraie aide sur la phase de démarrage (total cumulé de 122 ch), mais dès lors que l’on veut passer en mode « rapide », le moteur thermique (4 cylindres de 98 ch et 1,8l) est quelque peu bruyant et n’incite pas à le faire monter dans les tours. Bref, comme toute bonne Toyota, on devra jouer la carte « conduite raisonnée » pour apprécier au mieux le véhicule.

Coté consommation, on est plutôt dans une norme raisonnable (880 km avec 70 litres), hybride oblige. Coté prix, entre 28 500 et 31 500 euros selon le niveau de finitions.

 

3 Responses

  1. Tu es sûr des 70L Marc ?

  2. cette conso me semble anormale, j ‘ai une mercedes GLA 220D 4 MATIC BOITE AUTO, je fais 900kms avec 50l

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

A propos de

Marc Guillemot est le responsable éditorial du site http://voiturelectrique.eu