UA-46535381-1

Auris Touring Sports 2016 : Faut-il l’acheter ?

Article publié le 25 février 2019 par rubrique Actus, Essais, Hybrides, Toyota et 3450 visites

Toyota Motor Europe vient d’annoncer que la troisième génération de la Toyota Auris sera produite par Toyota Manufacturing UK à Burnaston dans le Derbyshire (Royaume-Uni). Les moteurs proviendront principalement du site de Deeside, au Pays de Galles du Nord. Cette nouvelle Auris sera révélée en première mondiale le 6 mars au Salon de l’automobile de Genève et viendra remplacer la version que nous essayons actuellement, figure emblématique de la gamme Toyota. Le nom Corolla sera adopté dans le monde entier et remplacera l’appellation Auris pour la nouvelle génération de berlines et de break Toyota du segment C.

Dans sa version Break (Touring), l’Auris fait figure de familiale cossue. On a vraiment le sentiment de prendre le volant d’une belle berline confortable, c’est également le cas pour les passagers, tant à l’avant qu’à l’arrière. Le cuir surpiqué est très chic, les premières impressions sont très bonnes.

Au volant :

L’Auris est très confortable, très bien équipée, certes un système multimédia daté, mais coté planche de bord, l’ensemble est plutôt réussi. 

3 modes de conduite sont disponibles, VE, ECO et POWER (Sport).

Une fois de plus, on regrettera l’absence d’autonomie en mode VE, mais c’est propre au dispositif de la marque, pas à l’Auris en particulier. Il semblerait que ce point sera revu (à la hausse ?) sur la future Corolla. Le système de variateur n’est pas plus agréable que sur les autres modèles essayés, on aurait pu penser que le mode POWER arrangerait les choses, c’est en partie vrai, la puissance est disponible plus rapidement, la sensation de patinage au moment ou le moteur prends ses tours est ainsi un peu moins présent. Mais bon, ce n’est ni une voiture thermique traditionnelle, ni une voiture électrique. Un mode B est également possible lorsque l’on est en Drive : il permet une régénération plus importante de courant lors des phases de décélérations.

L’Auris n’est pas particulièrement silencieuse, de ce point de vue, on attends beaucoup de la prochaine Corolla. Une amélioration sur les bruits d’air notamment sera souhaitable.

Coté consommation, sur autoroute, notre essai a permis de rester sous la barre de 7,3 litres, pour un trajet sans trafic à vitesse moyenne d’environ 136 km/h. (Vitesse GPS).

Coté équipements, alerte de franchissement, lecture des panneaux de vitesse, rétros rabattage à la fermeture des portes, mais pas équipés de détecteurs d’angle morts.

Reste à faire un comparatif avec la future Corolla de 2019 qui sera, à n’en pas douter, un peu plus « électrique », même si aucune version PHEV ne semble annoncée.

Coté prix, elle est en fin de commercialisation. En fin de vie, l’Auris pourrait représenter une belle affaire, on trouve des véhicules de direction à environ 17 000 euros. Pas si mal pour une hybride familiale très bien équipée !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A propos de

Marc Guillemot est le responsable éditorial du site http://voiturelectrique.eu