Voiture électrique sur l’autoroute … la panne au bout du chemin.

Article publié le 17 janvier 2014 par rubrique Actus et 6770 visites

Voiture electrique sur l'autoroute

La panne, ou un grand risque de ne pas finir son chemin si l’on ne prends pas certaines précautions.

Voiture electrique sur l'autoroute

Sur l’autoroute, il faut avoir la pédale douce …

Posons le problème :

– J’ai 2 x 55 kilomètres à faire (aller-retour) exclusivement par autoroute,

– Déjà fait 10 kilomètres depuis la dernière recharge,

– Une autonomie annoncée par Peugeot sur mon Partner (que je suis en train  d’essayer) de 170 kilomètres

– Un  compteur d’autonomie qui affiche 107 kilomètres restant

– Une possibilité de brancher ma voiture dans le parking du lieu de mon rendez-vous pour une heure.

Sachant que le compteur des voitures électriques est généralement pessimiste, j’ai bon espoir qu’une fois sur l’autoroute, à vitesse stabilisée, l’autonomie va remonter pour se rapprocher des 170 kilomètres annoncés.

Au départ, en zone peri-urbaine, à 70 km/h, 80 km/h, l’autonomie affichée ne baisse pas, c’est bien ce que je pensais, je vais être large !

Les minutes passent, le trafic est fluide, la vitesse augmente. 110, 115 km/h sera le maximum pied au plancher. Le problème c’est que les kilomètres restant possibles diminuent grandement pour finir à une autonomie de 46 kilomètres pour le retour. Ce sera juste, mais une heure de recharge va me permettre d’obtenir la sécurité nécessaire au retour.

Je repars serein, mais je n’allume ni le chauffage, ni la radio….

Les kilomètres fondent à vue d’oeil, tel un glaçon dans un verre au soleil l’été. Il me reste 18 kilomètres au compteur et 28 à parcourir, je décide de sortir de l’autoroute avant de tomber en panne. Je recherche sur mon téléphone l’appli http://fr.chargemap.com/ et trouve une borne charge rapide chez PSA à Carrière sous Poissy. Je prends la décision de m’y rendre, ne sachant pas bien si la borne est en accès libre ou pas… Je dois dire que le personnel de l’établissement a été particulièrement agréable, la borne n’est plus accessible au public, mais le personnel me permet tout de même d’accéder aux places dans le sous-sol. A ce moment là, ma voiture passe en mode « alerte » avec un voyant qui s’allume et un bip qui retentit… Il reste 14 kilomètres d’autonomie. Le voyant 16A FAST s’allume sur l’adaptateur (à partir d’une prise 220V normale), j’espère qu’en 1 heure, je vais récupérer pas mal de courant.

1 heure plus tard, verdict : 32 kilomètres. C’est exactement ce qu’il me reste à parcourir. Je m’y risque ….

70 km/h, voie de droite, en montée, la crainte et en descente, le soulagement de voir l’onduleur rechanger la batterie…

à 7 kilomètres d’autonomie, il n’en reste 12 ou 13 à parcourir, je décide, une nouvelle fois de sortir. Éviter à tout prix la panne sur l’autoroute, et surtout, je reste convaincu qu’en ville, les kilomètres affichés comptent double avec un mode de conduite adapté.

20 bonnes minutes pour finir le trajet, les yeux rivés sur le compteur, à 30 à l’heure, c’est interminable, feux de croisements éteints, contact coupé aux feux rouges, je termine ma route à Zéro, le mode « tortue » signalé par un voyant figurant l’animal.

L’histoire ne dit pas combien de kilomètres peuvent être parcourus en mode tortue…. Bizarre, je n’ai pas eu envie d’essayer.

Pour conclure, sans doute un petit véhicule sera moins consommateur d’énergie à 110 sur autoroute, à tester, mais, il faut bien reconnaitre que tant que les stations services ne proposeront pas de système de charge rapide, la voiture électrique n’est pas prête de sortir de nos villes.

 

 

Tags : , , , , , , , ,

A propos de

Marc Guillemot est le responsable éditorial du site http://voiturelectrique.eu