NISSAN LEAF N-Connecta 40 kWh : essai

Article publié le 4 avril 2018 par rubrique Actus, Essais, Nissan et 4860 visites

Nous prenons cette semaine le volant de cette seconde et toute nouvelle version de la Leaf, voiture électrique la plus vendue dans le monde, 40 kWh de bateries, modèle N-Connecta équipée de ses technologies e-Pedal et ProPILOT, entre autre.

Vous avez demandé la e-Pedal ?

Commençons tout de suite par la première impression, lors des premiers tours de roues, à propos de cette très innovante e-Pedal. Loin de nous l’envie de dénigrer cette fonctionnalité, c’est très pratique, très agréable, très reposant puisque le pied droit n’a plus à faire des va et vient entre la pédale de droite et la pédale de gauche, mais la e-Pedal reste une forte régénération telle que celles que l’on connait lors de la conduite des voitures électriques.

Comment ça marche ?

Très simplement. Lors des phase de décélérations, le système de régénération des batteries rentre en marche plus ou moins fortement selon la vitesse de la voiture (peu au delà de 80 Km/h et fortement en dessous de 30 Km/h). La nouveauté réside dans le fait que la voiture va se stopper seule avec un bloquage des freins lors de l’arrêt complet. En clair, avec un peu d’habitude, il est aisé de s’arrêter à un stop ou un feu fouge sans mettre le pied sur le frein. C’est pratique. A comparer avec les pédales au volant de la Ioniq électrique de Hundai (lire l’essai : http://voiturelectrique.eu/essai-ioniq-electric-hyundai/)

Agrément de conduite

Sans surprise, la Leaf est une voiture particulièrement aboutie, très confortable, parfaitement suspendue, bonne tenue de route, attention néanmoins aux fortes accélérations qui lèvent l’avant de la voiture jusqu’a la perte d’adhérence.

Rien ne manque d’un point de vue fonctionnalités et équipements, elle a tout d’une grande : Détecteurs d’angle mort sur les rétros extérieurs, caméras et détecteurs de stationnement avant et arrière, système d’alerte de pré-freinage, 4 sièges chauffants, on regrette de ne pouvoir programmer le chauffage que depuis l’application (alors qu’il était possible de le faire avec la version 1), mais c’est un détail, un signe des temps. Les finitions sont de très belle facture, surpiqué bleu au tableau de bord et sur les sièges. Très classe.

Toujours le levier de vitesses en forme de joystick, efficace et pratique, 2 modes de conduite Drive (normal) et B (forte régénération). Un bouton « éco » limite l’accélération et la consommation des équipements. Malin, l’écran tactile dans le mode « consommation » indique l’autonomie économisée lors de l’arrêt du chauffage ou de la climatisation.

 

Autonomie

On a réussi à boucler 200 kilomètres sans faire du tout attention lors de notre essai, tout laisse à penser que l’on doit arriver à 270, voire 280 kilomètres en mode éco et en ville (ou sous les 70 Km/h). Selon la nouvelle norme WLTP (Worldwide harmonized Light vehicles Test Procedures), la Leaf dispose d’une autonomie de 270 km en cycle mixte et 415 km en usage urbain. Tout à fait atteignable dans de bonnes conditions.

Prix

La Leaf est proposée au prix de 37 100 euros sans options, mais au final, avec 6 000 euros de bonus, on arrive à 32 700 euros.

Pour conclure, il faut bien admettre que cette Leaf représente une valeur sure pour celui ou celle qui recherche une bonne routière, avec une autonomie tout à fait acceptable pour une voiture 100% électrique.

1 Responses

  1. Je roule dans une Leaf 2.0 depuis 3 semaines et j’en suis très content. J’ai un doute toutefois sur l’alerte de franchissement de ligne qui à mon avis se déclenche alors que je n’ai pas franchi de ligne. …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A propos de

Marc Guillemot est le responsable éditorial du site http://voiturelectrique.eu