Essai de la Jaguar i-Pace : Enfin, une belle alternative 100% électrique !

Article publié le 2 juillet 2018 par rubrique A la Une, Actus, Essais, Jaguar et 1150 visites

Nous faisons l’essai de la Jaguar i-Pace, la première voiture 100 % électrique de la marque, autant le dire tout de suite, c’est une voiture sportive, mais avec une sensation de confort chère à Jaguar. Le modèle essayé est équipé de roues de 22 pouces (en photos), à noter que la voiture est vendue de série avec des jantes 20 pouces.

 

Côté design on peut dire que Jaguar a particulièrement bien réussi son pari, cette voiture est particulièrement aboutie très belle, très élancée, avec des lignes tout à fait séduisantes quelque soit l’endroit où on la regarde. Les poignées extérieures rétractables ne sont pas une idée de la marque … mais c’est particulièrement élégant.

 

Elle est équipée de deux moteurs électriques pour un total de 400 chevaux. A noter qu’ils ont été fabriqués par Jaguar, ce qui laisse imaginer la suite de l’aventure VE pour le groupe … Un à l’avant et l’autre à l’arrière, ce qui lui confère une stabilité hors norme, d’autant que les 600 Kilos de batteries sont situés sous le plancher. Elle est donc naturellement 4×4, cela se ressent fortement sur la tenue de route. On a absolument pas l’impression d’être dans un SUV, le centre de gravité est très bas, la tenue de route, même en courbe à grande vitesse ne pose pas de soucis, malgré les 2,2 tonnes de l’engin.

Habitabilité

Sans surprise, la voiture est tout à fait remarquable et propose cinq « vraies » places, même pour les plus grands, il est aisé de voyager très confortablement aux places arrières. A noter néanmoins que le toit vitré panoramique n’est pas « athermique » ce qui doit sans doute poser des problèmes lors des voyages en plein soleil. Dommage que la voiture ne soit pas équipé d’un volet électrique comme sur les principales voitures à toit panoramique.

Une fois au volant, certes la console centrale est un petit peu large, (elle permet de ranger à certains nombre d’affaires), sinon, on est particulièrement bien positionné. Rien à redire, là non plus.

Un large écran tactile central permet l’usage du multimédia, le tableau de bord quant à lui est paramètré selon le mode de conduite. Coté finitions, Jaguar sait de quoi il parle, l’ensemble est remarquable, tant du point de vue de la qualité des matériaux que de celui de la sensation et du ressenti.

 

Modes de conduite

Tout d’abord, la voiture dispose de deux modes de régénération : Le mode bas et le mode de régénération élèvé. Il est dommage que le switch entre les deux modes ne puisse pas se faire aisément, il faut entrer dans le menu via l’écran tactile.

Ensuite, il a 4 modes au choix : Dynamique, Il rabaisse la voiture au-delà de 110 km heures, (la suspension est pneumatique), il propose un mode de régénération bas, et 3 autres modes non testés : éco, normal et faible adhérence. En revanche, ces modes sont accessibles depuis la console. Bien,

Enfin, un mode rampant (la voiture avance au pas sans toucher à l’accélérateur) et à activer ou désactiver, toujours depuis le menu dans l’application multimédia.

Coté équipements, la Jaguar n’est pas équipée de gadgets en tout genre. Elle se contente des principales fonctionnalités présentes sur les voitures de cette catégorie :

Vision haute, sièges chauffants et réfrigérés à l’avant, chauffants à l arrière, détecteur lumineux d’angle mort, système de guidage dans la ligne (non testé), régulateur de vitesse adaptatif (non testé).

Autonomie

Avec 90 kWh de batteries, la voiture propose au moins 350 km selon nos estimations en mode « non éco » (comprendre une conduite sportive), voire plus de 400 en ville en mode économique (non testé). La prise de recharge est située sur l’aile avant gauche. Prise et chargeur embarqué qui permet une recharge à 80% sur une borne 100kWh.

En conclusion, Elon Musk trouve à présent sur sa route une première concurrente très sérieuse à la model X, l’i-Pace étant commercialisée à partir de 78 380 euros, il va falloir désormais compter avec Jaguar avant de choisir sa voiture électrique « routière ».

 

Le point de vue d’Alix Bénézeth

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A propos de

Marc Guillemot est le responsable éditorial du site http://voiturelectrique.eu