UA-46535381-1

Les Sea Bubbles, véhicules électrique “volants” sur l’eau, débarquent bientôt à Paris

Article publié le 4 novembre 2016 par rubrique Actus et 17390 visites

Exposées au salon parisien Viva Technology en juin dernier, les Sea Bubbles figurent comme un moyen de transport inédit. Elles se présentent sous forme de petits véhicules électriques zéro émission qui se déplacent sur les voies navigables en effleurant la surface de l’eau. Les Sea Bubbles ne devraient pas tarder à envahir la Seine, car Paris n’est autre que la ville pilote du projet. Prometteuses, elle pourraient aussi se déployer au-delà des frontières.

Une innovation durable tirée de l’Hydroptère, un voilier pas comme les autres

Créées par le navigateur Alain Thébault, les Sea Bubbles sont directement inspirées de sa précédente invention : l’Hydroptère, le voilier le plus rapide du monde (record de vitesse de 92 km/h en 2009). Grâce à ses deux grands foils (ailerons), l’Hydroptère est à même de voguer à 5 mètres au-dessus de la surface de l’eau. Une configuration unique qui accroît sa vélocité et limite les remous étant donné que le frottement de la coque du navire contre l’eau est diminué. Se servir de cette invention pour innover en matière de mobilité durable et en faire profiter le plus grand nombre, tel est le crédo d’Alain Thébault, qui déclare : « j’ai battu le record de vitesse avec l’Hydroptère, maintenant, je veux rendre les grandes villes respirables »

hydroptere

Ecologiques, silencieux et pratiques, ces véhicules électriques se manifestent comme une solution de transport durable qui a tout pour plaire

Les Sea Bubbles sont donc des sortes d’Hydroptères miniatures, adaptées aux conditions fluviales, dont la taille est comparable à celle d’une Twingo ou d’une Renault Zoé. La force du vent maritime est supplantée par un moteur à propulsion électrique pour les faire avancer sur l’eau, alimenté par deux batteries électriques rechargeables. Equipés de deux foils supplémentaires, les petits véhicules électriques 4 places sont capables de poindre à une vitesse de 18 km/h et de naviguer silencieusement sur une distance de 80 km à 100 km entre deux recharges.

Elles sont d’autant plus propres qu’elles sont fabriquées avec des matériaux entièrement biodégradables et que leurs batteries seront rechargées par une électricité produite par des énergies renouvelables : le solaire et l’hydraulique. Le quai d’amarrage des Sea Bubbles disposerait en effet d’hydroliennes et de panneaux photovoltaïques pour assurer leur alimentation électrique.

sea-bubble-véhicules-électriques

Les Sea Bubbles ont de l’avenir, un avenir plus proche qu’il n’y paraît

Les voies navigables apparaissent comme une opportunité intéressante encore trop peu exploitée pour développer une mobilité douce, limiter les embouteillages et la pollution. Alain Thébault et son associé Anders Bringdal l’ont bien compris en souhaitant faire participer leurs véhicules électriques innovants au désengorgement du trafic sur les voies urbaines souvent saturées.

Plusieurs idées ont été évoquées concernant leur mission : que ce soit un service d’autopartage, de transport de professionnel ou même la vente directe des Sea Bubbles à des particuliers. Toujours est-il que le projet en intéresse plus d’un : des acteurs publics (les villes de Londres pour la Tamise, Genève pour le lac Leman en passant par le gestionnaire des Vélibs à Paris) comme privés (patrons d’Uber, d’LVMH…).

Concrètement, la ville de Paris se présentera comme le berceau de l’expérimentation des Sea Bubbles, dès le mois de juin. Les premiers tests de prototypes imprimés 3D à échelle réduite sont en train d’avoir lieu et la production, assurée en France par un sous-traitant d’Airbus, devrait débuter dans trois mois. Vous l’aurez compris, le projet a un avenir, et même un futur très proche. Alors, prêts à découvrir ces capsules visionnaires dès demain (ou presque) ?

Source image : lesvoitures.fr

Source image : lesvoitures.fr

Tags :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A propos de

Marc Guillemot est le responsable éditorial du site https://voiturelectrique.eu