Volkswagen ID.4 1st Pro Performance : Mais quelle idée !

Article publié le 8 avril 2021 par rubrique Actus, Essais, Volkswagen et 11240 visites

Voici l’ID.4, il s’agit en fait d’un SUV ni trop gros, ni trop petit, taillé pour faire de la route, en famille comme des millions de personnes en France et dans le monde.

Là ou l’ID.3 (lire l’essai) est plutôt taillée pour la ville, très naturellement, l’ID.4 est pensée pour accueillir une famille avec bagages et animaux de compagnie. D’ailleurs en proposant une batterie de 77 kWh, Volkswagen compte bien s’attaquer au marché de la Tesla Model 3, là ou clairement l’ID.3 ne pouvait pas s’aventurer. A noter qu’une version entrée de gamme est au catalogue avec une petite batterie de 52 kWh.(39 370 euros).

Au volant

Comme sur la Tesla, plus besoin d’appuyer sur un bouton pour démarrer. Il suffit d’être assis sur le siège et de passer le levier de vitesses en Drive. Attention, comme sur l’ID.3, il est inversé, le drive en haut et la marche arrière en bas.

On est tout de suite dans le ton du confort allemand, meme si l’on est quelque peu dérouté par le peu de boutons. Là ou Porsche (lire l’essai de Taycan) ou Audi (lire l’essai de la e-Tron) proposent une multitude de boutons avec la logique « un bouton, une fonction », Volkswagen a souhaité se démarquer, se rapprocher de ce que propose Tesla avec un nombre de commandes limité. L’ensemble ne s’avère pas très pratique à utiliser. Certains boutons sont tactiles, d’autres non, pour régler les rétroviseurs extérieurs, il faut appuyer, tourner, mais pas trop, sur le volant les commandes de la radio ou du régulateur sont trop nombreuses, on a cette impression d’avoir plusieurs boutons dans le bouton. Il faudra s’y habituer. 

Les places arrières sont très généreuses, accoudoir avec porte gobelets et trappe à ski au programme. A l’avant, 2 accoudoirs sont réglables indépendamment, pour le conducteur et pour le passager. 

4 modes de conduites sont disponibles (de l’éco à l’individuel en passant par un mode sport), mais ceux-ci sont accessibles via l’écran tactile uniquement. Ce n’est pas très pratique.

Android Auto et Apple Car Play sont présents sur notre version d’essai, en revanche, impossible de l’activer. Seul le bluetooth a pu être paramétré.

Autonomie

Malheureusement, nous sommes restés bien loin des 500 kms WLTP annoncés par Volkswagen. Sur notre trajet peri-urbain, routes de campagnes et tronçons autoroutiers à 130 km/h, nous n’avons pas pu faire plus de 360 kilomètres avec le plein. (21 kWh/100Km) En ville, les démarrages répétés restent très consommateurs d’énergie, l’ID.4 est lourde et sur route, elle reste peu profilée, les grosses jantes de 20 pouces n’arrangent rien. Tout cela laisse présager une autonomie sur autoroute d’environ 300 kilomètres en faisant très attention. Par ailleurs, sur une borne Ionity, l’ID.4 n’acceptera que 125 kW (théorique) via la prise CCS. La capacité de recharge maximale sur une wallbox en courant alternatif (AC) avec une prise Type 2 est de 11 kW maximum.

Prix

Proposée à partir de 45 000 euros TTC bonus déduit, cette voiture risque d’avoir du mal à rencontrer son public. Le grand public ne sera sans doute pas (ou peu) attiré en raison de la faible autonomie sur autoroute, les entreprises s’orienteront vraisemblablement vers un SUV Plug-In Hybride plus rassurant pour ses collaborateurs.

En conclusion, nous sommes toujours très mal à l’aise avec ces voitures taillées pour la route et pour l’autoroute, qui ne permettent pas de longs voyages en raison d’une autonomie trop faible et d’un réseau de charge encore peu garni. Nous retrouvons avec l’ID.4 les défauts que nous avions déjà constatés sur l’Audi e-Tron. Saluons néanmoins les effort du groupe Volkswagen et son engagement dans le 100% VE qui le positionnera dans le futur dans les meilleures positions possibles, c’est à n’en pas douter.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A propos de

Marc Guillemot est le responsable éditorial du site https://voiturelectrique.eu