Mitsubishi Eclipse Cross : 4×4 et PHEV bien sûr !

Article publié le 26 avril 2021 par rubrique Actus, Essais, Hybrides, Mitsubishi et 3460 visites

Les PHEV ont de moins en moins la côte ou plutôt, il ne vont plus avoir la côte dans les prochains mois. Leur mauvaise efficacité énergétique, leur forte consommation en mode thermique, leur prix généralement au dessus de leurs cousins 100% thermique font que leurs jours sont comptés.

Mitsubishi a innové sur ce segment des 2014 avec l’Outlander (Lire l’essai de 2014). Depuis, beaucoup de constructeurs ont suivi la route du PHEV pour répondre à la demande d’électrification des gammes et pour faire venir les entreprises attirées très légitimement par une fiscalité avantageuse.

En 2020, Mitsubishi persiste et signe avec l’Eclipse cross

Construit sur la même plateforme que l’Outlander, il est un peu moins long, mais ce n’est pas plus mal, ça ne se retrouve pas ni dans le coffre, ni dans l’habitacle. Son design est très innovant, l’ensemble est très séduisant, tant intérieurement qu’extérieurement. Spacieux à souhait, très confortable, on a tout de suite envie de prendre la route.

L’Eclipse est à propulsion intégrale en permanence, 2 moteurs électriques de 82 ch (avant) et 95 ch (arrière) viennent en complément du moteur essence 2,4 L de 98 ch. Ce dernier est plus petit et moins puissant que sur l’Outlander. Ça se ressent sur les franches accélérations au démarrage notamment.

Equipé d’une batterie motrice lithium-ion (300V, 13,8kWh, 80 cellules) située sous le plancher, entre les roues arrières, il a moins d’autonomie en 100% électrique que le MG EHS (lire l’essai) et bien moins que le Suzuki Across (lire l’essai). On a réussi à parcourir 45 kilomètres en moyenne sans utiliser le moteur thermique. (18,1 kWh/100km) Mais, il faut faire attention à enclencher manuellement le mode EV qui ne reste pas actif par défaut. Par défaut, la voiture est en mode hybride et choisit elle-même si elle recharge ou pas. Il y a également un mode SAVE qui maintient en charge la batterie. Avec ce mode, ou lorsque la batterie est vide, l’Eclipse consomme 10 litres/100kms à une vitesse régulée entre 120 et 130 km/h. Sur ce point c’est mieux que le MG EHS. 

Ensuite, il y a 5 modes destinés à des conduites différentes, comme sur l’Outlander, un mode Sport (Tarmac), Gravel (chemins) Snow, Normal et Eco. Dans les faits, le mode Normal est adapté à la route en forçant le mode VE, si l’on ne veut pas rouler en thermique.

Enfin, il y a les 6 modes de régénération « B » accessibles depuis les palettes au volant et ça, c’est vraiment agréable et utile.

Coté recharge, l’éclipsera dispose d’une T2 et d’une Chademo. Peu utile de recharger rapidement sur un hybride, mais la marque au diamant prépare l’avenir avec le V2G (lire ici). Dans le même esprit, une prise 220V est disponible dans le coffre arrière.

A noter, le régulateur de vitesse (adaptatif) désactive le mode EV et l’Eclipse n’est pas équipé de guidage dans la voie. Tout comme le lourd hayon qui n’est pas électrique, l’absence de chargeur à induction pour son téléphone, cela manque sur une voiture de 48 400 €.

Pour conclure, la voiture est très agréable, très bien suspendue, tenue de route, silence, confort irréprochable. Restera à faire son choix, tellement l’offre est grande sur ce segment. Néanmoins, l’Eclipse Cross reste le seul 4×4 PHEV à moins de 40 000 € (en entrée de gamme).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A propos de

Marc Guillemot est le responsable éditorial du site https://voiturelectrique.eu