Nouvelle FIAT 500, la concurrence s’organise

Article publié le 1 avril 2021 par rubrique Actus, Fiat et 1800 visites

Voici la version berline de la Fiat 500, 3eme génération produite en Italie de cette icône de l’automobile européenne. A noter que cette 500 n’est plus produite qu’en version électrique. Cet essai fait suite à celui de la version cabriolet (lire l’essai). Une version 3+1 arrive également sur le marché Français, surnommée Magic door, coté passager, une porte antagoniste est proposée à l’arrière pour accéder aisément aux places arrières.

Planche de bord très épurée, très agréable visuellement, matériaux choisis, avec le moins de boutons possible. Un cadran rond, comme sur la version de 1957 trone derrière le volant. L’ensemble est très réussi et bien moins austère que ce que propose Renault sur la Zoé ou encore Volkswagen sur la e-UP. La sellerie est en Seaqual, un tissus fabriqué à partir de déchets marins. Toutes les voitures de la gamme sont équipées de cette fibre innovante.

Lors des phases de démarrage, jusqu’à 30 km/h, un son « Dolce vita » inspiré par une musique de Nino Rota en lieu et place du bruit synthétique habituel sur les VE concurrentes, Sympa. (Même si dans la vraie vie, on n’entend pas la même musique, surtout si l’on est au volant).

Autonomie

Elle a été homologué en 100% ville à 460 km sans doute difficile de les atteindre dans un usage réel, même en mode Sherpa qui optimise la batterie, avec une vitesse bridée à 80 km/h, une coupure de la clim ou du chauffage. 2 niveaux de batteries sont proposés respectivement avec 23,8 kWh et 42 kWh, celles-ci sont garanties respectivement 5 et 8 ans. Sur un parcours peri-urbain avec des portions à 110 et 130 km/h, nous avons réussi à ne consommer que 16 kWh/100km (un peu plus lors des phase rapide et un peu moins en ville, dans un trafic plus dense). Nous avons donc réussi à parcourir 230 kilomètres avec la batterie de 42 kWh. Mais l’on doit pouvoir faire bien mieux et se rapprocher de l’autonomie de la e-208 (lire l’essai) et de la Zoé (lire l’essai) si on adopte une conduite très éco.

Recharge

Bon point, la 500 est proposée avec le système Fast charge qui autorise jusqu’a 85kW (CCS Combo DC). En AC, par contre, ce sera 11kW seulement.

3 modes de conduite

Normal, Range et Sherpa. 

Nous avons essentiellement conduit avec le mode « Range » qui permet une conduite à 1 pédale, avec un mode de régénération très important qui permet de ne quasiment pas utiliser le frein.

La 500 est équipé du niveau 2 de conduite autonome, maintien dans la voie et régulateur adaptatif, reconnaissance des panneaux, détecteur d’angles morts, bref, tout ce qu’il faut sur une voiture de route. On se demande bien à quoi cela sert sur une voiture plutôt dédiée à la ville… A moins que Fiat envisage d’aller grignoter des parts de marché sur des voitures plus cossues et taillées pour la route ?

Le système multimédia avec écran 10 pouces est très bien pensé, Apple car play, Android Auto, système de pop up avec un affichage de fenêtres, comme sur un ordinateur, le tout est très intuitif. Le GPS est très intuitif y compris la base de données des points de charge.

Des services

Une appli « Uconnect » permet de connaître en temps réel l’état de sa 500. Le service « My Easycharge » permet de trouver et payer sa charge via l’application Fiat. La carte est comprise dans le prix du véhicule.  Le service « My Dream Garage » permet de bénéficier sur abonnement d’un véhicule thermique 60 jours par an pour des longs trajets ou les vacances en famille. Enfin, un système de fidélisation appelé KIRI récompense les utilisateurs avec des chèques cadeaux obtenus lors des kilomètres parcourus, bonifiés lorsque la conduite est économique. Sans doute un peu gadget.

Prix

5 niveaux de finition sont proposés, dès l’entrée de gamme, la version « Action » propose la charge rapide 50kW DC, la reconnaissance des panneaux, le freinage autonome d’urgence. Il faudra passer à la version « Icône » de milieu de gamme pour bénéficier de l’écran 10 pouces et la climatisation automatique. La version haut de gamme « Prima » est la seule à proposer la conduite autonome et la caméra de recul.

Un premier prix à 24 500 euros (soit 17 900 euros avec le bonus écologique), mais Il faudra débourser près de 35 000 euros pour acquérir la version haut de gamme. Il y en a donc pour toutes les bourses, mais force est de constater que la 500 arrive sur le segment avec de sacrés atouts dans sa manche, le premier étant son capital sympathie indéniable.

En conclusion, à prix et batterie équivalente, voici une véritable alternative à la pionnière du segment la Renault Zoé (lire l’essai). Agréable, vive, ni trop petite, ni trop grande, sans nul doute cette nouvelle 500 va trouver son public.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A propos de

Marc Guillemot est le responsable éditorial du site https://voiturelectrique.eu