Le premier break 100% électrique de MG Motor, une familiale bien née ?

Article publié le 28 avril 2022 par rubrique Actus, Essais, MG Motor et 10430 visites

Nous prenons la route pour essayer le premier break 100 % électrique proposé par la marque chinoise MG Motor. MG est une marque anglaise créée en 1924. C’est en 2007 que la marque a été rachetée par le chinois SAIC Motor.  Aujourd’hui, SAIC est le deuxième constructeur de voitures électriques au monde. Sur le papier, ce break est une très bonne idée, car pour voyager en famille, certes, ce ne sont pas les SUV qui manquent, mais ils sont généralement gourmands en énergie, dans leurs versions électriques notamment. Un break bien profilé permettra de voyager avec une famille et des bagages, son aérodynamique devrait réserver de bonnes surprises. Si l’on ajoute que cette voiture du segment C est proposée dans sa version grande autonomie (batterie de 61,1 kWh) à un prix de départ de 35 490€, tout laisse à penser que ce produit va rencontrer son public. A noter que toutes les voitures du groupe SAIC sont garanties 7 ans. (130 points de vente en France).

A l’intérieur

Ce n’est pas la place qui manque, avec une longueur de 4,60m, une largeur de 1,82m, et une hauteur de 1,54m, le break familial est de très bonne facture, il y a des rangements partout ! 27 selon MG. Son coffre est d’une capacité de 479 litres (1 367 litres un fois les sièges arrière 60/40 rabattus.) 2 niveaux de finition Comfort et Luxury sont proposés et une capacité de batterie standard (50,3 kWh) viendra compléter la gamme courant 2022. Même une personne de grande taille ne sera pas mal installée à l’arrière. Les vitres arrière sont sur-teintées sur toutes les versions.

Au volant

Nous essayons la version Luxury qui reprend les équipements de la version Comfort en y ajoutant des fonctionnalités comme la climatisation automatique, la caméra 360° pour le stationnement, le rétroviseur central photochromatique, le siège conducteur réglable électriquement avec réglages lombaires, une sellerie garnie de similicuir noir et des jantes alliage de 17’’. A noter que même sur la version Comfort, tous les dispositifs de sécurité sont présents :  Régulateur adaptatif, alerte de collision frontale avec freinage automatique d’urgence, assistant de maintien dans la voie et assistance à la conduite en embouteillage, les sièges avant sont chauffants y compris sur la version Comfort. Il manque néanmoins, sur notre version, le détecteur d’angles morts.

Les yeux sont de suite attirés par le MG iSMART Lite, cet écran qui trône au centre de la planche de bord. Il est horizontal et son ergonomie est plutôt bien réussie. La navigation fonctionne correctement et il est de toute façon facile de connecter son smartphone avec un câble (Apple car Play et Android Auto). Néanmoins pas de système de planification d’itinéraire, il faut définir son trajet et ses arrêts recharge avant de partir. La planche de bord est en plastique, c’est quelque peu austère, mais les inserts façon « jean » surpiqué sont du meilleur effet, y compris sur les contre-portes. 

Une application permet de gérer sa voiture à distance, sa recharge, sa localisation, …

Coté sièges, rien à redire, d’autant que le siège conducteur est électrique, l’assise est très confortable, pas trop ferme. Le système « Zéro Gravity » breveté par MG permet une excellente répartition des masses, on le ressent vraiment. Coté passager tout est manuel, mais rien à redire non plus coté confort et maintien. La MG5 est une traction, sa tenue en courbe est correcte, ce n’est pas une sportive, mais elle vire sans roulis, les accélérations et les reprises sont là, aussi bien sur route que sur autoroute, les dépassements sont aisés. Le 0 à 100 km est annoncé à 8,3 secondes. Honorable et satisfaisant.

Coté silence, la MG 5 ne bat pas de record, des bruits d’air sont très présents au delà de 80 km/h, mais ils n’augmentent pas avec la vitesse, même à 130 km/h. C’est plus acceptable lors des trajets sur autoroute que sur la route.

Le système de régulation adaptatif, le guidage dans la voie est plutôt correct, la voiture n’a pas trop tendance à osciller dans sa voie.

3 niveaux de régénération sont disponibles, on regrette que l’emplacement du bouton de commande soit si éloigné des mains pour le manipuler sur la route ou en ville. (il est situé sur la console centrale).

Autonomie

C’est 400 km qui sont annoncés en cycle WLTP. Sur notre parcours de routes de campagne, nous avons réussi à obtenir une consommation raisonnable de 14 kWh/100km, ce qui est très bien et nous permet donc d’envisager un parcours de plus de … 400 kilomètres, identique donc à ce qui est annoncé, c’est suffisamment rare pour être spécifié. Sur autoroute, la consommation s’envole évidemment si l’on dépasse les 130 km/h, mais en conduite « familiale » la MG5 ne dépassera pas les 23 kWh/100km et donc une autonomie d’environ 250 kilomètres. C’est certes un peu juste, mais sensiblement conforme à la concurrence, Megane E-tech de Renault (lire l’essai) ou ID3 de Volkswagen (lire l’essai).

Recharge

Une charge « rapide» en courant alternatif (AC) triphasé permet une puissance de charge de 11 kW. Pour les « supercharges » en courant continu (DC) il faudra miser sur 87 kW au maximum. La prise combo CCS est située au centre de la calandre. Sur cette voiture, comme sur bien des concurentes, cela reste trop faible pour voyager sereinement. Un câble T2 – T2 est fourni avec la voiture, le câble T2 – 220V est vendu en option à 268 euros TTC. 

Pour conclure, nous avons trouvé avec le MG5 une voiture bien pensée, équipée comme il se doit, d’un rapport équipement/prix tout à fait correct. Elle est proposée, de surcroit avec une capacité de remorquage (jusqu’à 500 kg) et de barres de toit qui permettent une charge utile de 75 kg. La MG5 permet également d’alimenter un appareillage électrique externe jusqu’à 2 500 W pour charger un vélo électrique, faire un pique-nique avec son barbecue électrique, gonfler son matelas, …. (système Vehicle-to-Load « V2L » de série) mais câble à acheter en sus (400 euros). Premières livraisons en Mai 2022, chaque concessionnaire a d’ores et déjà reçu des véhicules commercialisables.

voiturelectrique.eu aime

Enfin, un break électrique symbole de consommation raisonnée

Son rapport prix/equipements

Son confort intérieur et l’ergonomie de l’ensemble

Voiturelectrique.eu n’aime pas

Sa vitesse de recharge DC pas assez rapide pour les longs voyages

L’absence de planificateur d’itinéraires

Les bruits d’air un peu trop présents

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A propos de

Marc Guillemot est le responsable éditorial du site https://voiturelectrique.eu