MEGANE E-TECH 100% électrique, 100% convaincante sur autoroute ?

Article publié le 23 avril 2022 par rubrique Actus, Essais, Renault et 12540 visites

Nous avons été séduits par la nouvelle née de la marque au losange lors de sa sortie en février dernier (lire l’essai). Séduits par son look, sa tenue de route, son comportement à la fois joueur et rassurant, ses équipements de dernier cri, son confort, son rapport poids/puissance, bref, ll ne restait qu’une seule question en suspends, peux t-on utiliser la Mégane E-Tech pour voyager sereinement sur autoroute ?

Les réserves alors exprimées se révèlent-elles exactes ? Une puissance de charge de 130 kW est-elle satisfaisante pour une charge rapide ? L’optimisation de la température promise par Renault se révèle t-elle efficace ? Le tout combiné avec une batterie de 60 kW, est-ce à la hauteur de ce que l’on est en droit d’attendre, en 2022, d’une 100% électrique proposée à un tarif qui début à près de 45 000 € (version E-TECH EV60 220ch super charge).

Consommation

En ville et sur un trajet péri-urbain, la consommation se stabilise très vite à 16,2 kWh/100kms, ce qui est particulièrement faible et permet une autonomie de près de 375 kilomètres. C’est donc sereins que nous planifions un trajet autoroutier en utilisant l’outil proposé sur la Mégane par Google automotive.

Recharge Tesla à 87 kW seulement

Avec un niveau de batterie à 19%, nous testons le superchargeur Tesla de Vélizy (78). Malheureusement, nous ne retrouverons pas la puissance annoncée par Renault, il nous faudrait 1h15 pour atteindre les 80%. La puissance de charge n’est pas indiquée dans la voiture, c’est l’application Tesla qui nous donne l’information.

Planification

L’outil est très intuitif, ergonomiquement bien mis en valeur par l’écran en mode paysage, l’expérience utilisateur est séduisante. Lors de la planification de l’itinéraire, Google propose des arrêts pour les recharges, mais il n’est possible de filtrer que par vitesse de charge et pas par réseaux. Ainsi, il nous est proposé de sortir de l’autoroute pour une borne de charge d’un réseau peu, voire pas connu, avec une probabilité forte que celle-ci ne soit pas opérationnelle. Rappelons ici que seuls les réseaux Ionity, Fasned et Tesla sont d’une fiabilité correcte. Néanmoins, en cherchant dans la liste, la station d’Achères La Foret (77) nouvellement ouverte du réseau Fasned figure dans la liste, nous décidons de nous y rendre. Nous avons 67 kilomètres à parcourir et 25% de batterie, selon notre estimation ce ne sera pas un problème. L’outil permet de connaitre en temps réel le % de batterie restant à l’arrivée. C’est encore une donnée très peu courante que l’on ne retrouve ni sur les coréennes KIA EV6 (lire l’essai) ou Hyundai Ioniq (lire l’essai), encore moins chez Volkswagen ou Bmw. Problème, la Megane indique 0% à l’arrivée sans préciser combien il va manquer et sans nous indiquer à quelle vitesse il conviendrait de rouler pour y arriver … Cela laisse donc penser que l’estimation n’est pas fiable ou que la voiture va consommer bien plus que ce que nous avons imaginé ….

Consommation sur autoroute, autonomie et temps de recharge

A 110 km/h, la consommation grimpe à près de 25 kWh/100kms et à 138 km/h au régulateur, on approche vite les 27 kWh/100kms. Un rapide calcul laisse alors penser que nous ne pourrons atteindre notre station Fastned située à 40 kilomètres et que le planificateur avait raison … Non, il n’en est rien, le calcul d’autonomie restant à l’arrivée était erroné, contrairement à l’affichage de l’autonomie restant qui lui, est cohérent avec le % de batterie restant.

Nous arrivons donc chez Fasned avec 3% de batteries, confiant puisque la fiabilité de ce réseau n’est pas à démontrer à travers l’Europe. Le paiement CB était en panne, mais avec la carte ChargeMap pas de soucis, la charge se lance immédiatement. La Megane annonce 40 minutes pour arriver aux 80% fatidiques sur des trajets autoroutiers.

Nous repartons après 25 minutes avec 60% de batteries et une facture de 24 euros qui ne nous permettrons de ne parcourir que 150 kilomètres environ sur autoroute. La note reste salée, chez Ionity (qui facture au temps de charge et non aux kW rechargés), la facture grimperait encore plus si l’on reste branché 40 minutes pour aboutir à 80% de batterie.

La vitesse de charge moyenne s’établit donc à 84 kW, nous sommes bien loin des 125, voire 127 kW annoncés par Renault. Voir ci-dessous la courbe de recharge.

Pour conclure, la Megane E-Tech reste une voiture de très bonne facture, très agréable en toutes circonstances. Sur longs trajets, l’autopilot est des plus performants, le guidage de voie fonctionne très bien, il se désactive lorsque l’on actionne le clignotant pour doubler, la voiture se replace ensuite au centre de sa voie sans avoir a faire quoi que ce soit, c’est vraiment plaisant. En ville ou sur route, les palettes au volant sont un vrai plus, le réglage de la régénération est bien étagé, Il reste dommage de ne pas pouvoir charger plus rapidement, mais espérons le, c’est une évolution que Renault saura proposer dans un futur proche.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A propos de

Marc Guillemot est le responsable éditorial du site https://voiturelectrique.eu