Accueil / Essais / Yoyo par XEV, la citadine choisie par la ville de Nice
Essais

Yoyo par XEV, la citadine choisie par la ville de Nice

Nous prenons la route avec la petite Yoyo XEV, cette petite voiture fabriquée en partie en Chine et en partie en Italie.

Le design et la conception générale de la voiture électrique Yoyo XEV ont été faits en Italie. La technologie et tous les aspects électroniques ont quant à eux été conçus en Chine. La particularité de la Yoyo XEV est de disposer de batteries amovibles, à l’arrière de la voiture. Ainsi, un échange de locataires est possible sans immobiliser le véhicule pendant la phase de recharge. C’est malin, mais cela impose l’installation d’une station de recharge auprès du loueur ou dans la station d’auto partage.

Shaary à Nice

Actuellement, la ville de Nice a mis en place 50 Yoyo XEV (service d’auto partage Shaary.) La Yoyo XEV est homologuée comme quadricycle à moteur (Permis B ou B1).

Au volant

L’ensemble est relativement satisfaisant du point de vue du design. Mais les matériaux ne sont pas d’une qualité hors du commun. Tous les plastiques sont fermes y compris les pare-soleil. On retrouve plutôt les sensations d’une Citroën Ami que celles d’une Smart.

 Le clone de la Smart

C’est justement la smart qui fait référence ici, tant la similitude est présente. Elle a sensiblement les mêmes dimensions et un design très ressemblant.

A gauche la Yoyo, à droite la Smart

Equipements

On regrette que le volant de la Yoyo XEV soit si grand. On ne peut pas beaucoup reculer le siège encore moins que dans la smart, semble t-il. Pour démarrer la Yoyo XEV, il faut utiliser le bouton start, passer en drive via le bouton rotatif situé sur la console suspendue. A noter, il n’y a pas de position P. Il faut actionner et déverrouiller le frein à main avec le pied comme sur une Mercedes.

Le Bluetooth permet d’utiliser son téléphone pour les appels et la musique. Un support coulissant est très bien pensé à droite de l’écran central. II n’a pas beaucoup de fonctionnalités et celui-ci n’est pas tactile. 

Sur la route avec la Yoyo XEV

Lorsque l’on prend la route , on est dans une voiture peu suspendue avec des bruits de roulements (pas de direction assistée.) Cela reste satisfaisant pour un usage exclusivement urbain. La Yoyo XEV braque très bien, c’est très appréciable. Mais il faut systématiquement se mettre en mode Sport si l’on veut bénéficier du minimum de reprise attendu dans une voiture électrique. Côté autonomie c’est 140 km annoncés par XEV. Mais il faut tabler sur 100, voire 120 maximum en hiver, et cela sans sortir de la ville. La Yoyo XEV est livrée avec un câble T2 pour les bornes publiques et un chargeur nomade pour une prise 220V. 

Pour conclure

Au prix de 15 000 € cette Yoyo XEV reste chère pour la qualité ressentie, mais reste parfaitement adaptée à un usage urbain et son autonomie est alors suffisante. Son double toit panoramique est plutôt agréable puisqu’il laisse une sensation bien lumineuse dans l’habitacle. 

Dans le cas d’un achat personnel, il faudra comparer avec les principales citadines électriques du marché, mais il n’y a pas vraiment d’offre concurrente dans cette gamme de prix à part l’Ami de Citroën, mais qui est encore plus spartiate. 

Dans le cas d’un service d’auto partage, la Yoyo devrait trouver son marché puisqu’elle est conçue pour cela.

Contacter le distributeur exclusif

A propos de l'auteur

Marc Guillemot

Marc Guillemot est le responsable éditorial du site https://voiturelectrique.eu

Ajouter un commentaire

Postez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Publicité

Abonnez-vous à notre newsletter

C’est ma première voiture électrique, tout savoir !

Généré avec l’IA

Publicité

Guides des chargeurs et superchargeurs

Généré avec l'IA

Quelle prise, quel câble ?

Nous sommes aussi BATEAUELECTRIQUE

Publicité