Accueil / Actus / Voyage de 1000 kms en Skoda Enyaq Coupé RS iV
Actus Essais Skoda

Voyage de 1000 kms en Skoda Enyaq Coupé RS iV

Après avoir essayé la version SUV, nous prenons le volant du coupé Skoda Enyaq en version RS pour un voyage mixte route et autoroute.

Design

Le temps ou Skoda était une marque low coast est bel et bien fini. La Skoda Enyaq est une voiture qui figure au rayon des voitures agréables à l’œil. Sa ligne coupée est vraiment très réussie. Son look de sportive ne se fait pas au détriment de l’habitabilité des places arrières. Le profil de la Skoda Enyaq laisse penser à un coupé sportif, bien plus élancé que la version traditionnelle. On reste amusé par la calandre rétro éclairée toute de led revêtue. Elle s’allume dès que l’on s’approche de la voiture avec les clefs dans la poche. Le toit vitré panoramique de la Skoda Enyaq est appréciable également.

Au volant

Le choix du velours Alcantara sur les sièges et le devant de la planche de bord est très bien pensé. Reste à savoir si celui-ci va bien vieillir sur le tableau de bord. Le grand écran central est de la dimension idéale, son ergonomie laisse une bonne expérience utilisateur. L’ensemble est intuitif et réactif. L’Enyaq est une voiture très sécurisante, ni trop haute, ni trop basse. Tous les équipements de sécurité sont présents. Les détecteurs d’angle morts sont particulièrement bien situés sur le flan des rétroviseurs extérieurs. Idem, la lecture des panneaux et adaptation de la vitesse via le régulateur. Rien ne manque. Si ce n’est un guidage de voie un peu plus performant. L’Enyaq a tendance à osciller dans la voie et c’est dommage. Mais, point positif, le guidage n’est pas trop intrusif. Il accepte de légères sorties de voies sans déclencher des alarmes de tous les cotés !

Les sensations de confort sont donc très bonnes. Accélérations franches, des suspensions tout à fait adaptées, même avec des pneus neige. Il est vrai que notre version RS est une propulsion intégrale.

Consommation et autonomie de la Skoda Enyaq coupé

Sur voie rapide (hors autoroute), nous avons tout de même consommé 20,7 kWh/100kms (avec les pneus HIVER). C’est à la fois beaucoup et pas beaucoup. Pas beaucoup, compte tenu du gabarit de la voiture et de sa capacité de batterie de 77kWh (nettes). Mais, c’est beaucoup si l’on compare à la concurrence d’une Tesla Model Y (lire l’essai) notamment. Sur autoroute, à vitesse régulée à 138 km/h, la consommation s’établit bien vite à 24,4 kWh/100kms. (Pneus tout temps, avec 15km/h de vent 3/4 face et une température de 5 degrés). De fait, il faudra miser sur 300 kilomètres d’autonomie par temps froid. 

En revanche, l’Enyaq coupé est sauvé par sa vitesse de recharge. Par deux fois, nous avons débuté avec une puissance de 150 kW. 15 kW de plus qu’annoncé par le constructeur. Contacté à ce sujet, Skoda indique que la puissance de charge devrait être libérée. (du point de vue logiciel) pour atteindre les 200 kW dans les prochains mois. C’est une bonne chose. Lors de notre trajet de retour, nous n’avons pas eu la patience d’attendre au delà des 75 % du niveau de batterie. Nous avons donc, par deux fois, repris la route avec 200 kilomètres d’autonomie (à 130 km/h).

Même si avec un niveau de batterie inférieur a 10%, l’Enyaq se recharge plus vite que ses concurrentes européennes, il n’en reste pas moins vrai qu’il nous a fallu 30 minutes pour recharger de 15 à 75%. A la fin de notre session de charge, la puissance annoncée était tombée à 65 kW. Il reste dommage que la vitesse de charge ne soit pas affichée dans la voiture lors des sessions de recharge.

Planification de l’itinéraire

Il y a eu des progrès notables. Il est désormais possible de connaitre en temps réel, le % de batterie restant à destination. (via une fenêtre qui prends tout l’écran). La planification propose des arrêts recharge. Dommage que l’on ne puisse pas filtrer sur les chargeurs Ionity qui ne sont pas toujours proposés. On ne sait pas pourquoi … Tout cela devra évoluer au plus vite afin que les nouveaux électro-mobilistes puissent voyager sereinement. Ceux qui ne sont pas habituées à utiliser plusieurs applications auront du mal. Afin de permettre de trouver la bonne station au bon endroit, Skoda devrait pouvoir mieux faire.

Prix

L’Enyaq coupé est proposée à partir de 48 000 euros. Mais avec la petite batterie de 58 kWh (capacité nette) et le « petit » moteur de 180 chevaux en propulsion. Notre version d’essai RS (grosse batterie et moteur de 330 chevaux) est quant à elle facturée 62 210 euros sans options. Nous l’avons préféré à l’ID5, plus accueillante, design plus affirmé, … Selon options et versions, la Skoda sera quelque peu moins chère.

Voiturelectrique est fan de …

  • Son design extérieur
  • La qualité de son habitacle
  • Son comportement routier
  • Sa vitesse de recharge

Voiturelectrique n’est pas fan de …

  • Le planificateur d’itinéraires qui reste perfectible
  • La consommation qui reste difficile à maitriser en hiver

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A propos de l'auteur

Marc Guillemot

Marc Guillemot est le responsable éditorial du site https://voiturelectrique.eu

4 commentaire

  • Bonjour, je reçois mon coupé dans un mois… Vous dites :Contacté à ce sujet, Skoda indique que la puissance de charge devrait être libérée (du point de vue logiciel) pour atteindre les 200 kW dans les prochains mois.Ces informations sont-elles exactes? Allons nous gagner aussi en autonomie ? Merci pour votre retour.

    • Bonjour,
      C’est ce qui m’a été indiqué par l’attaché de presse, je pense qu’en la matière, nous n’aurons pas d’écrit, mais l’information à retenir, c’est que la puissance délivrée est modifiable d’un point de vue logiciel.

  • Vous écrivez “nous avons tout de même consommé 20,7 kWh/100kms (avec les pneus neige).” !??? “pneu neige” ? sur l’autoroute ??? C’est interdit ! Ne pas confondre avec “pneu hiver” c’est bien autre chose…
    Et puis “il nous a fallu 30 minutes pour recharger de 15 à 75%. A la fin de notre session de charge, la puissance annoncée était tombée à 65 kW.” ?? 65 kW à 75 % de charge ? C’est plus qu’étonnant ? C’est parce que la puissance de recharge descend fortement et qu’il faut autant de temps pour charger de 10 à 80% que de 80 à 99% que l’on arrête la recharge à 80%, par ce que la puissance devient très faible, mais à 65 kW à 75 % de charge ce n’est pas “faible” ça… à 75 ou 80% on est en général à 20 kW, pas 65 !

    • Bonjour, Oui, vous avez raison pour les pneus, c’est corrigé. Merci. Sur le second point, je n’ai pas compris votre remarque et je partage avec vous que 65 kW à 75%, c’est plutôt pas mal. Passez de bonnes fêtes.

Postez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Publicité

Abonnez-vous à notre newsletter

C’est ma première voiture électrique, tout savoir !

Généré avec l’IA

Publicité

Guides des chargeurs et superchargeurs

Généré avec l'IA

Quelle prise, quel câble ?

Nous sommes aussi BATEAUELECTRIQUE

Publicité