Accueil / Actus / Mitsubishi ASX, sur les traces de l’Outlander et de l’Eclipse Cross
Actus Essais Hybrides Mitsubishi

Mitsubishi ASX, sur les traces de l’Outlander et de l’Eclipse Cross

Le Mitsubishi ASX est la nouvelle génération de SUV du segment B, il s’agit pour Mitsubishi de prolonger le succès de l'Outlander, ce modèle iconique qui s’est vendu à près de 380 000 exemplaires en Europe.

Mais attention, ce Mitsubishi ASX n’est pas fabriqué par Mitsubishi mais est issu de l’alliance RenaultNissanMitsubishi. Le Mitsubishi ASX n’est donc pas technologiquement fait de la même veine que les précédentes voitures du constructeur. C’est en fait un Renault Captur PHEV qui a été esthétiquement revu.

Rappelons que la technologie PHEV (Plug-in Hybride Electric Véhicule) a permis à Mitsubishi de figurer parmi les premiers constructeurs au monde à proposer des véhicules très innovants voilà maintenant plus de 10 ans. (lire le premier essai de l’Outlander PHEV).

Une alliance renforcée dans le futur

C’est en Mars 2021 que s’est posé la question chez Mitsubishi de savoir s’il fallait étoffer la gamme pour l’Europe. De quelle manière et avec quels véhicules. Avec un pre-requis, en 2026, 80 % des modèles de l’alliance RenaultNissanMitsubishi auront une plateforme commune. Le Renault Captur est apparu comme une évidence pour prendre le nom du nouveau ASX. Très prochainement, c’est la Renault Clio qui portera le nom de Mitsubishi Colt. Mais, il n’est pas question de venir chercher les clients de Renault. Mitsubishi s’adresse à sa clientèle historique et aux prospects qui n’auraient pas franchi la porte d’une concession Renault.

Un large choix de motorisations

Plusieurs motorisations sont annoncées pour ce Mitsubishi ASX, du « simple » thermique au PHEV (Plug-in Hybride Electric Vehicule) en passant par une version avec micro-hybridation. C’est bien entendu la version PHEV que nous essayons à présent dans les hauteurs du pays Basque.

Et, il faut bien admettre que cette technologie, même si elle reste controversée, représente beaucoup d’avantages. Si elle est utilisée correctement via les modes de conduite et si l’on recharge sa voiture systématiquement.

2 niveaux de finition sont disponibles, Intense à 39 990 euros et Instyle à 42 990 euros. Comme toujours chez Mitsubishi, pas d’options en dehors du choix de couleurs. Rien à voir donc avec ce que peut proposer Renault. De surcroit, tous les Mitsubishi bénéficient de la garantie constructeur 5 ans/100 000 km.

Design

La calandre a été très retravaillée par rapport au Renault Captur. Notons une très réussie intégration du logo dans la lignée de ce qui a été fait sur l’Eclypse Cross. Idem à l’arrière, au premier coup d’oeil, peu de ressemblance avec le Renault Captur. Alors même que les principaux éléments tels que les optiques sont les mêmes. Enfin, de profil, les marchepieds extérieurs et les garde-boues lui donnent un look de baroudeur sympathique. Attention, ces accessoires ne sont pas de série, il faudra les commander à part. Tout cela nous fait dire qu’il ne s’agit pas d’un simple rebadging, mais que le travail sur le design et le look est très réussi.

Au volant du Mitsubishi ASX

Là, en revanche, on a plus de mal à trouver l’apport de Mitsubishi. On retrouve les 3 modes de conduite très traditionnels : Eco Pur ( 100% VE), Sport et My Sense (par défaut). Impossible de bloquer le mode VE au delà de 80 km/h, un changement de rapport, discret certes, se fait sentir lors des accélérations. Néanmoins, les accélérations se font sans sensations désagréables, pas de bruit de moteur qui monte dans les tours ou de variateur qui pourrait être désagréable. En mode My sense, la bonne surprise, c’est que nous avons pu parcourir près de 45 kilomètres en adoptant un mode de conduite éco. Certes sur un parcours per-urbain, mais c’est plutôt pas mal.

Sur route et autoroute

Impossible de prendre l’ASX en défaut, même sur routes sinueuses, l’ensemble est homogène, la voiture tient parfaitement la route. Sur voies rapide et autoroute, elle reste relativement silencieuse, même en propulsion thermique. Dans ces conditions, nous n’avons réussi à ne parcourir que 35 kilomètres avant que le moteur thermique se mette en marche. A noter, lors du démarrage, le Mitsubishi ASX reste en mode hybride qui ne donne pas la priorité au 100 électrique. Il faut donc bloquer la voiture en mode Pure si l’on veut être sur de rouler à l’électricité.

Technique et recharge

Le Mitsubishi ASX PHEV dispose de 3 moteurs pour un total de 159 ch. Un premier thermique de 1.6 litres, 4 cylindres et deux autres électriques. Une batterie de 10,5 kWh permet l’usage de la voiture en 100% électrique jusqu’a 80 km/h. Avec cette configuration 3 moteurs, on regrette l’absence d’une version 4×4 si traditionnelle chez Mitsubishi avec un moteur électrique sur chaque essieux. Coté recharge, rien de bien spécifique, pas de prise CCS évidemment, peu d’intérêt sur un PHEV, il faudra 3 heures pour recharger la batterie sur une prise 16A traditionnelle. Au chapitre de la consommation, nous avons réussi à ne consommer que 3,6 litres/100 kms sur notre trajet de montagne, sans faire attention à notre conduite et sans recharger. (départ batterie pleine).

Equipements du Mitsubishi ASX

Du point de vue des équipements, comme de celui des finitions, il n’y a rien à redire. Notre version Instyle d’essai dispose du système audio Bose, d’un régulateur adaptatif, avec guidage dans la voie, des feux de route auto, des détecteurs d’angle mort, …rien ne lui manque. Apple Car Play et Android Auto fonctionnent parfaitement sans fil. Un chargeur induction est également disponible sur notre version d’essai.

Banquette arrière coulissante

À l’arrière, la banquette coulisse de 16 cm afin d’accroître au choix la longueur aux jambes ou le volume de chargement du coffre. Cette banquette coulissante est disponible de série sur tous les niveaux de finition de l’ASX. Notons qu’une fois avancée, les places arrières ne permettent pas d’assoir des passagers. Uniquement des enfants sur leurs sièges auto ou un animal.

Conclusion

Produit a Valadoïd en Espagne avec le Renault Captur, le Mitsubishi ASX reste une très bonne alternative. Avec une très large gamme de prix allant de 24 990 à 44 600 euros, il faut bien avouer qu’il y en a pour toutes les bourses. Reste à savoir si cette version haut de gamme PHEV trouvera son public auprès des clients de la marque qui vont comparer avec le Mitsubishi Eclipse Cross. Ce dernier est plus grand, plus cossu, 4×4 intégral, et pas forcément beaucoup plus cher…

A propos de l'auteur

Marc Guillemot

Marc Guillemot est le responsable éditorial du site https://voiturelectrique.eu

Ajouter un commentaire

Postez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Publicité : Essai de la dashcam Autobacs

LIRE NOTRE ESSAI COMPLET DE LA DASHCAM CALIBER
LIRE NOTRE ESSAI COMPLET DE LA DASHCAM CALIBER

Abonnez-vous à notre newsletter

Publicité

C’est ma première voiture électrique, tout savoir !

Généré avec l’IA

Guides des chargeurs et superchargeurs

Généré avec l'IA

Quelle prise, quel câble ?

Nous sommes aussi BATEAUELECTRIQUE

Publicité