Protocole d’essai QUIDAKO : comparer la consommation de véhicules électriques selon la météo.

Article publié le 2 mai 2015 par rubrique Actus, Voyages en VE et 5160 visites

Pourquoi ?

  • Voyager en électrique au-delà de sa zone de confort, requière de bien connaître les performances de sa voiture et du réseau de bornes de recharge… ceci quelques-soient les conditions rencontrées : météo, fréquentation, topographie et vitesse.
  • L’électromobilité ne pourra par ailleurs se déployer massivement qu’avec des voitures abordables, faciles à charger, et produites puis recyclées en minimisant les impacts sur nos ressources et notre environnement.
  • Réduire au minimum la consommation contribue vertueusement à l’atteinte de ces objectifs, car cela permet de transporter une batterie plus petite :
    • Grâce à une voiture conçue avec un poids maîtrisé, une aérodynamique soignée, et un excellent rendement du moteur et de la batterie quelques-soient les conditions de roulage rencontrées.
    • Avec un itinéraire minimisant la distance et le temps de charge… de préférence en vous détendant ou vous restaurant en temps masqué.
  • Le protocole de consommation WLTP mesure et homologue l’appétit d’une voiture sur ce cycle mixte périurbain (en kWh/100). Il nous renseigne plutôt bien sur la consommation à proximité de notre base, et en saison douce. Et permet aussi de comparer rigoureusement les différents modèles homologués sur le marché.
  • Sur 23 km parcourus en 30’ sur un banc d’essai, la vitesse moyenne se situe à 46,5 km/h avec une température extérieure comprise entre 14 et 23°C.
=> Mais que devient cette hiérarchie dans des conditions beaucoup plus exigeantes ?

Les objectifs du protocole d’essai QUIDAKO :

  1. Tester la pertinence des planificateurs d’itinéraires sur des parcours longs pouvant nécessiter des arrêts pour recharger la batterie (donc hors de sa zone de confort).
  2. Sur des trajets types et avec toujours le même style de conduite, évaluer l’efficience énergétique d’une voiture électrique sur un long trajet en conditions réelles.
  3. Mesurer sa consommation versus la météo du moment : température et vent.
  4. Placer les résultats sur un graphique, pour mesurer l’influence des conditions météo et comparer la performance de différents modèles.

Une heure avant le départ :

  • Relevé des dernières tendances Météo France pour chaque étape : température, vitesse et direction du vent.
  • Itinéraires recommandés par les planificateurs d’itinéraire : embarqué véhicule et smartphone.
  • Fin de la charge batterie en extérieur : sur prise renforcée Green’up 16A 3,7 kW, ou borne publique.
  • Préchauffage véhicule si disponible.
  • Conducteur accompagné d’un passager et de quelques bagages (ou lest 85 kg).

Durant le trajet :

  • Puissance moteur réglée sur « standard » : pour le plaisir de conduite, nous ne souhaitons pas nous brider en mode « éco-conduite ».
  • Roulage au régulateur et à la vitesse autorisée sur les tronçons avec séparation centrale : conduite fluide avec pédale de frein peu sollicitée, mais de franches et électriques accélérations… pour passer les chicanes mobiles présentes sur les 2 voies.
  • Ventilation, chauffage, climatisation, réglés pour désembuer avec un confort « éco ».
  • Charge(s) sur borne rapide DC pour arriver à destination avec un SOC (State Of Charge) batterie avec 5% voire moins.

Pour chaque étape :

  • Le conducteur enregistre ces données au départ et à l’arrivée, points de charge compris : % charge batterie, kilométrage, heure (en notant le temps perdu dans les embouteillages ou les pauses).
  • Afin de la comparer avec le calcul ci-dessous, la consommation moyenne affichée par l’ordinateur de bord est également relevée à la fin de chaque étape.
  • Consommation réelle calculée pour le test Quidako = capacité utile de la batterie (kWh) x % batterie utilisée x 100 / distance (km)
  • La consommation moyenne sur tout le trajet est calculée au prorata des distances.

Côte d’Émeraude – Versailles : 3 parcours tests (hors recharge) :

Q350N12 (350 km par la N12) : 4h59 via la nationale selon ViaMichelin, en réalité plutôt 4h30.

Q400A11 et Q400A13 (400 km via la A11/A13) : le gain en vitesse risque d’être compensé par les 50 km supplémentaires, et par la perte de temps associée pour recharger… selon le modèle !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A propos de