Twingo 1 électrique : La bonne idée au bon moment ?

Article publié le 24 novembre 2022 par rubrique A la Une, Actus, Essais, Insolite, Renault et 1070 visites

Le rétrofit est une solution idéale qui permet de transformer un véhicule thermique en lui installant un moteur électrique. Mais l’opération est généralement complexe, onéreuse et nécessite un agrément de l’UTAC pour chaque modèle transformé. En clair, la chose n’est pas simple et actuellement, peu de voitures sont agréées à part la 2CV (déjà essayée ici).

En 2020, Sebastien Rolo à une idée. Plutôt que de mettre à la casse les vieilles Twingo des années 2000, il réfléchit à les transformer en y installant un moteur électrique et fonde la société Lormauto. Aujourd’hui Lormauto est une entreprise de 7 personnes, l’agrément est en cours, la Twingo a déjà été présentée à l’UTAC, l’organisme certificateur qui délivre les agréments. Mais Lormauto ne se contente pas de faire du rétrofit. Lormauto est un constructeur automobile qui fabrique une nouvelle voiture avec une ancienne. Pour être éligible, la Twingo doit avoir été immatriculée après 2003 (avant les Twingo n’avaient ni ABS, ni Airbag) et Lormauto souhaite proposer une voiture qui réponds aux critères de confort, de qualité et de sécurité des années 2022, pas ceux des années 2000.

Un premier prototype voit le jour en Avril 2021, c’est le début de l’aventure. Aujourd’hui, quelques voitures sont finalisées, elles disposent de 4 batteries pour un total de 16 kWh disposées à l’avant, au centre et à la place du réservoir d’essence. La capacité du coffre est préservée, tout comme la possibilité de faire coulisser la banquette arrière. Lormauto a mis en place un process de transformation très rigoureux qui passe par la mise « en blanc » de la carrosserie. Tout est démonté et dépollué pour ne laisser que la caisse nue. On notera lors de notre visite que l’acier de la Twingo est de très bonne qualité, pas une trace de rouille, même dans les endroits exposés, raison de plus pour ne pas mettre à la casse une telle voiture !

Bien sur, cette opération permet de vérifier que la caisse n’a pas été accidentée, si tel est le cas, la voiture n’est pas transformée. Dans certains cas, il faut repeindre la voiture, mais dans d’autres cas, un simple lustrage est suffisant. Lormauto a signé un contrat avec Faurecia pour une reprise complète de la planche de bord (opération de peinture avec cuisson au four) et des intérieurs de porte (fibre de lin de Normandie). De la même manière, le volant est repris avec un gainage cuir neuf, les optiques, les roues et les pare-chocs sont retravaillés pour revenir à un état proche du neuf. Les sièges sont refaits intégralement puisque leurs mousses sont généralement hors d’usage. Les moquettes sont nettoyées et réparées et les isolants de plancher sont changés.

Jamais vu dans une voiture, Lormauto a évité la mise en place d’un système de chauffage énergivore en intégrant des résistances dans les panneaux de porte, au bas du pare-brise pour le dégivrage et sous le volant pour chauffer les jambes du conducteur. Ainsi, l’économie est réelle et permet de ne pas trop altérer l’autonomie par temps froid. Si la Twingo était équipée de la climatisation, celle-ci est ré-installée après un nettoyage total des éléments, cela va de soi. Dans toutes les Twingo 2022, les sièges sont chauffants.

Technique

Le moteur électrique est fabriqué en Italie, en revanche le réducteur (qui vient remplacer la boite de vitesse) est une conception Lormauto, fabriqué en France, tout comme les packs batteries. Lormauto ne néglige pas la sécurité, les amortisseurs, les freins et les pneus sont systématiquement changés par des éléments neufs. Idem pour les roulements qui sont changés si besoin. Il faut bien comprendre que la Twingo électrique est remise sur la route pour une durée estimée de 20 ans.

Recharge et autonomie

Une prise T2 a été installée à la place du bouchon du réservoir pour une puissance maximum de 3,3 kW (16 ampères). Avec une consommation annoncée entre 12 et 13 kWh/100kms, on doit pouvoir miser sur 120 kilomètres sur une charge, mais il faut encore attendre le retour de la norme WLTP (en cours).

Au volant 

Ceux qui ont connu la Twingo retrouveront exactement les mêmes sensations de conduite, avec le bruit du moteur en moins. Suspensions souples mais rassurantes, freinage correct, accélérations douces lors du démarrage (c’est un choix de Lormauto), mais plus vives à 60 ou 70 km/h. Idéal pour doubler ou s’insérer dans une voie rapide en toute sécurité. Seul défaut, une vibration du réducteur est ressentie lors de la phase de démarrage ou lors des phases de décelerations.  Pour palier à cela, il faut désactiver la régénération (il y a deux niveaux) et laisser la voiture en roues libres lors des phases de décélérations. En dehors de cela, le comportement de la Twingo est idéal et l’agrément de conduite est réel. La Twingo a été équipée de détecteurs d’angle mort et d’un radar de recul. Rien ne lui manque en comparaison d’une citadine actuelle.

Prix

La voiture ne sera pas vendue, mais proposée uniquement en location pour un montant de 200 euros par mois, sans apport et pour une durée minimum de 12 mois.

L’idée initiale de Sebastien Rolo de faire vivre plus longtemps une voiture qui en vaut la peine est ainsi respectée, c’est Lormauto qui décidera de la durée de vie de la voiture, pas le client ou un revendeur. En louant la voiture, le client ne prends pas le risque de voir sa batterie faiblir, la voiture est garantie pendant toute sa durée de vie. Le choix du réseau de distribution et du service après-vente sera déterminant, espérons que la production puisse débuter en 2023 comme cela est envisagé par l’entreprise.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A propos de

Marc Guillemot est le responsable éditorial du site https://voiturelectrique.eu