MITSUBISHI OUTLANDER PHEV Instyle : Essai

Article publié le 12 mars 2017 par rubrique Actus, Essais, Hybrides, Mitsubishi et 9390 visites

Toujours la même question lors des premiers tours de roues en PHEV, la capacité de la voiture à fonctionner en tout électrique.

Si vous cherchez une voiture hybride, plutôt bonne tenue de route, voire 4×4, avec une bonne autonomie en 100% électrique, un grand coffre, un confort a la hauteur de ce qui se fait de bien aujourd’hui, une bonne dose d’équipements, un prix plutôt compétitif, alors ne cherchez plus, le Mitsubishi Outlander PHEV est fait pour vous.

Premières impressions : Même s’il ne s’agit pas d’une catégorie premium, l’Outlander est particulièrement bien doté, la sensation de confort est instantanée. Seul, le système multimédia et l’écran tactile date un peu, sinon, l’ensemble est abouti. Pas de doute lors de la mise en route, le PHEV est à dominante électrique, c’est très appréciable. Jusqu’a 120 km/h et pour 40 kilomètres en mode ECO, la voiture reste en mode électrique. On doit réussir sans trop de difficultés à tutoyer les 50 kilomètres d’autonomie sans essence. Noter que les batteries sont garanties 8 ans.

Confortablement installé au volant du séduisant 4×4, on regrette néanmoins que le mode « page » qui permet de gérer l’afficheur au centre du tableau de bord (entre la jauge de charge et le compteur de vitesse) soit si mal placé, à gauche du volant, de telle sorte que l’on ne change pas de page…

Bien mieux placé, sur la console, aux cotés du levier de vitesses, 4 boutons pour gérer les modes de propulsion :

Le mode CHARG qui permet de recharger les batteries en roulant (prévoir 1 à 2 litres d’essence en plus)

Le mode SAVE qui permet de maintenir le niveau de charge lorsque l’on souhaite favoriser le moteur thermique

Le mode EV qui bloque le PHEV en 100% électrique. (12 kW de batteries Li-ion).

Enfin, le bouton rond permet de forcer l’auto en mode 4×4.

A noter que le niveau de régénération de B1 à B5 est défini via le levier de vitesse ou via les palettes au volant. C’est vraiment agréable, cela permet de jouer avec une forme de rétrogradage, comme cela serait le cas sur une voiture thermique.

On est tellement conquis par la sophistication du mode propulsion électrique, que l’on oublierait presque de détailler la mécanique du moteur thermique. En substance, un moteur essence (SP 95) de 2 litres (121 cv) anime le PHEV couplé à deux moteurs électriques (2×82 cv)montés l’un à l’avant, l’autre à l’arrière.

L’écran multimédia n’est pas des plus modernes, mais il réunit toutes les fonctionnalités et est tout à fait pratique à utiliser, c’est bien là l’essentiel.

Il donne une information particulièrement précise sur les consommations, l’historique, la possibilité de programmer la climatisation ou le chauffage (lorsque le PHEV est branché).


Coté recharge, la Chademo est vraiment appréciable et fonctionne parfaitement  sur le réseau de bornes autoroutières Sodetrel, même si le système de prise d’abonnement de cet opérateur en ligne est quelque peu fastidieux. Le service client réponds présent, c’est bien là l’essentiel.

Coté consommation, l’Outlander PHEV est bien situé face à ses concurrents, on arrive à ne pas dépasser 9 litres sur un parcours autoroutier de 400 kms en mode hybride et en prenant soin de recharger au milieu du trajet. A vitesse plus soutenue, on aborde les 10 litres, guère plus ce qui est honorable vu le poids de la bête.

L’habitabilité, sans surprises est excellente, tant niveau coffre qu’aux places arrières. Une trappe sur le plancher du coffre permet de ranger le cable de charge, pratique lorsqu’il est mouillé.

La version essayée est particulièrement bien équipée, système surround (gros caisson de basse dans le coffre), récepteur DAB (radio numérique), régulateur de vitesse avec adaptation au trafic, système d’avertisseur de franchissement de ligne blanche, caméra de recul, …

A noter, système de chauffage électrique qui semble t-il est très économe en énergie.

Pour conclure, avec un prix de départ tout juste sous la barre des 40 000 euros, (51 800 pour la présente version et en déduisant le bonus écologique), ce PHEV gagne clairement à être connu et reconnu. Voiture électrique un jour, routière le lendemain et dans la boue ensuite, rien ne l’arrête.




Tags : , , , ,

2 Responses

  1. Bravo pour ce test Marc.

  2. il voudrait pas faireun pick up sur cette base de phev sa serais il me semble le premier pick up hybride . et serais surement le bienvenue sur les chantier en ville.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

A propos de

Marc Guillemot est le responsable éditorial du site http://voiturelectrique.eu