Hyundai KONA 64 kWh : L’électrique qui révolutionne le VE ?

Article publié le 18 novembre 2018 par rubrique A la Une, Actus, Essais, Hyundai et 2810 visites

Si vous cherchez une voiture électrique à un prix abordable, plus grande qu’une Zoé pour faire de la route, avec au moins 400 km d’autonomie, ne cherchez plus voici la Hyundai KONA 64 kWh, 100 % électrique.

Elle représente clairement une concurrente à la future « model 3 » de la célèbre marque américaine Tesla, elle est suffisamment grande pour embarquer quatre personnes sur un trajet long, elle a suffisamment d’autonomie pour commencer à sortir de sa zone de vie, et ainsi de partir en week-end aisément par l’autoroute. Elle a un niveau de finition et une qualité des équipements plus qu’acceptables.

Autonomie

Clairement, depuis les essais des voitures de Tesla (S et X) lire ici et ici, nous n’avions pas essayé de voiture électrique avec une telle autonomie. Sur le papier (ou plutôt sur l’écran) comme on peut le voir sur la photo ci-dessous, nous pouvons aller à Quimper à Cologne, Bern, ou encore Genève sans avoir à procéder à une recharge.

Malheureusement, lors du présent essai, les mouvements sociaux ne nous permettent pas de tester la Kona électrique dans des conditions de voyage sur autoroute. Néanmoins, nous n’avons utilisé que 25% de batteries pour parcourir 100 kilomètres, trajet péri-urbain, pas de bouchons, et une conduite pas particulièrement économique. Ce qui laisse clairement une autonomie de 400 kilomètres sans sourciller. Sur autoroute, il en sera sans doute de même en ne dépassant pas les 130 km/h. Coté recharge, il conviendra alors de trouver des bornes du réseau Corridor de Sodetrel en état de marche et prévoir un arrêt tous les 300 kilomètres environ (si l’on veut une autonomie de sécurité pour se rabattre vers une borne hors autoroute).

La recharge proposée par la Kona est sur système Combo, il faudra compter entre 40 et 50 minutes pour recharger la moitié de la batterie.

Au volant

On y est tout de suite bien installé, on retrouve l’essentiel des fonctionnalités propres à la marque, l’ensemble est réussi, sans pour autant être luxueux. De suite, les mains se posent naturellement sur les célèbres palettes au volant, incontournables chez Hyundaï : à droite pour réduire la régénération, à gauche pour l’augmenter. Il y a quatre niveaux de régénération.

Modes de conduite

4 modes de conduite sont disponibles, le mode « confort » (Normal), le mode « éco », le mode « éco plus » qui limite la voiture à 90 km/h et réduit fortement la climatisation et l’accélération, et enfin il faut le préciser même s’il n’est pas très utile le mode »sport. » Dans ce dernier, l’accélération est spectaculaire, même si on déplore un fort glissement des roues avant au démarrage. La Kona est un Suv pas une voiture de sport. Tous les modes sont aisément paramétrables via l’écran multimédia.

Multimédia

Clairement, l’écran panoramique central fait penser à ce que l’on retrouve sur les véhicules allemands, on pense tout de suite à l’écran de la I3 (BMW) mais également à ce qui se fait chez Mercedes ou encore chez Audi. L’ensemble des fonctionnalités figurent sur l’outil multimédia avec une particularité propre au modèle 100 % électrique, la gestion de l’énergie, la distance à parcourir avec le % de batterie, bref rien ne manque.

Plus de levier de vitesse

C’est devenu un standard sur les voitures électriques, à l’instar de la petite Mia, et c’est vraiment agréable de ne plus avoir ce levier qui trône au milieu la console centrale. En remplacement, sur la console centrale, 4 boutons, le traditionnel D, le N,  le P est la marche arrière (R).

On retrouve également sur cette console centrale un chargeur à induction pour les smartphone, très pratique mais difficile à utiliser en même temps que son téléphone (Waze, Coyote ou autre système de navigation.)

Equipements

Rien ne manque à notre Kona, de série, camera de lecture des panneaux de vitesse pour reprise dans l’affichage tête haute, guidage dans lignes sur voies rapides et autoroutes,  régulateur adaptatif, détecteurs d’angles morts, caméra de recul, il ne manque qu’une caméra à l’avant.

En conclusion, il faudra débourser 45 000 euros, mais il n’y a pas d’options à ajouter pour prendre la route (l’autoroute ?) avec la version Exécutive. Non, la Kona ne vient pas révolutionner la voiture électrique, encore trop grosse et trop lourde pour permettre une autonomie et des durées de trajet équivalentes a celles que l’on retrouve avec une voiture thermique. Sans doute une Ioniq équipée de 64 kWh de batteries viendrait habillement lancer le mouvement ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A propos de

Marc Guillemot est le responsable éditorial du site http://voiturelectrique.eu