Essai Mercedes Classe B 250 e « Electric Art »

Article publié le 16 février 2017 par rubrique Essais, Mercedes et 8590 visites

La classe B électrique de Mercedes permet à notre site d’ouvrir la rubrique de la marque à l’étoile. Certes la Classe B est le seul modèle 100 % électrique, mais Mercedes propose à présent plusieurs modèles hybrides PHEV.

Première impression

Sans surprise, l’installation derrière le volant laisse une impression de grande qualité et d’ergonomie tout à fait séduisante. On note de suite les palettes au volant qui permettent de régler le niveau de régénération des batteries lors des phases de décélération ou de freinage. Cette fonctionnalité devient de plus en plus courante, une sorte de norme peut-être comme les détecteurs d’angle morts lumineux dans les rétros extérieurs ou encore la caméra de recul.

Bien moins courant, mais propre à la marque, l’absence de levier de vitesses sur la console centrale au profit d’un selecteur derrière le volant, main droite. Pourquoi pas, il faut s’y faire, mais ce n’est pas désagréable. Sur la console, en lieu et place du levier de vitesse, la commande multimédia, gros bouton rond tournant et tactile qui permet d’écrire lettre à lettre un nom de rue ou une destination.

 

Finitions

Le niveau de finition est bien sur au rendez-vous, on appréciera notamment le niveau de qualité des matières. Rien ne manque dans notre Classe B electric, caméra de recul, détecteur d’angle mort, système multimédia très évolué – écran non tactile- , et surtout un look très aguicheur (rétros extérieurs et  liserets de calandre bleu electric).

On regrette de ne pas avoir d’information lors de la recharge (il faut mettre le contact et manipuler le système multimédia pour connaitre le niveau de recharge).

Coté coffre, le double fond permet de ranger un caddie pour les courses et bien sur, le cable de recharge.

Autonomie

Enfin, il faudra adopter une conduite toute en douceur pour parcourir plus de 100 kms en ville et hiver (le chauffage est gourmand), mais il est vrai que l’essai à eu lieu au moment des grands froids de l’hiver. En ville, la recharge sur les bornes 5 d’Autolib’ n’a pas posé de problème, mais via le cable 220V (pas de compatibilité avec le service Parisien).

Prix

Avec un prix de  47 000 € annoncé pour notre classe B, on a du mal à l’insérer dans un tableau comparatif des voitures 100 % électriques. Sans nul doute, voilà un véhicule de « test » ou une voiture qui sert à démontrer le savoir-faire de la marque dans l’adaptation d’une serie thermique vers le VE.






1 Responses

  1. Il est possible de recharger plus rapidement sur borne autolib, en achetant un cable type3 / type2, ce cable est vite amorti, car a 3€/h la recharge sur prise domestique limitée certainement a 2,2kW ( 10A ) risque au total de couter aussi cher que de mettre de l’essence dans une voiture thermique !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

A propos de

Marc Guillemot est le responsable éditorial du site http://voiturelectrique.eu