Airbus et son projet de voitures volantes : le futur n’a jamais été aussi proche

Article publié le 30 août 2016 par rubrique Actus et 7610 visites

Airbus souhaite se positionner comme un acteur majeur de la mobilité de demain, en développant cet objet de fascination que l’on n’imagine que dans les films (mais qui a bien une histoire comme le prouve l’image de une de cet article représentant « l’Autocoptère » de Jess Dixon) et qui n’est autre que la voiture volante.

Les embouteillages ? Trop peu pour Airbus

Le fameux constructeur aéronautique Airbus détient peut-être la clé pour offrir enfin plus de débit au trafic routier, dont la densité s’accroît, notamment à cause de l’urbanisation, et dont les coûts pour l’environnement (pollution atmosphérique) ainsi que pour l’Etat sont exorbitants : d’ici à 2030 ils n’atteindront pas moins de 30 milliards d’euros. Il est donc temps d’agir pour trouver des solutions, et c’est ce qu’entreprennent les ingénieurs du groupe, en planchant sur la conception d’un moyen de transport très particulier, révolutionnaire même : la voiture volante ! En circulant dans les airs, elle libérera de la place sur la route et sera à même de transporter ses passagers bien plus rapidement.

embouteillages

Les quelques éléments communiqués sur ce projet secret

Ce qui semblait être une utopie il y a seulement quelques années est en voie de devenir réalité. Comment ?

Dans un premier temps Airbus souhaite développer le “Vahana” un véhicule volant (à hélices) aux allures de drône qui servira au transport de marchandise ou d’un seul passager, et dont le prototype sera testé fin 2017. Ce dernier est en cours de finalisation, néanmoins il reste à régler un détail peu anodin : le rendre capable de détecter les obstacles…

Le constructeur ne souhaite ensuite pas s’arrêter là : la fabrication de ce véhicule futuriste débouchera sur la création par la filiale Airbus Helicopters d’un taxi autonome, volant, non polluant et silencieux baptisé “CityAirbus”. Tom Henders, patron d’Airbus, s’exprime à ce sujet : “dans un futur proche nous utiliserons nos smartphone pour réserver une place dans des taxis volants complètement autonomes, qui atterriront juste devant notre porte d’entrée, et tout ça, sans pilote”.

5element_besson

Le cinquième élément de Luc Besson, @kicswila.com

Des taxis volants ubérisés

Le système fonctionnera donc visiblement sur le modèle d’Uber : à l’aide une application. Pour réduire les coûts, le véhicule, qui décollera depuis des plateformes “zenHUB” installées dans des lieux fréquentés, sera partagé pendant le trajet par d’autres personnes.

Ainsi, les informations divulguées par le groupe sont réduites, mais donnent d’ores et déjà à rêver.

Le projet est-il prometteur ? L’avenir nous le dira, toujours est-il que la demande potentielle sur ce marché est considérable, et que les CityAirbus représentent des solutions non négligeables face aux enjeux liés à un trafic routier en zones urbaines toujours plus accru. Il suffira que les réglementations légales suivent en matière d’autonomie et de circulation de ces engins très spéciaux…

Une idée pas si récente

Airbus n’est pas le seul à vouloir se positionner sur le futur segment de la voiture volante. En 2014 avait notamment été développé un modèle spectaculaire : l’Aeromobil, fabriquée par le slovaque Juraj Vaculik. Et le véhicule volait bel et bien, en témoigne la vidéo ci-dessous !

Juraj Vaculik est d’autant plus un précurseur qu’il avait lui-même mentionné à l’époque l’idée de s’inspirer du modèle Uber pour une partie de ses voitures volantes. Le PDG d’Airbus semblerait avoir fortement récupéré l’idée…

Le projet de Juraj Vaculik est ralenti par la difficulté à obtenir des certifications.

Autre exemples d’innovation de ce genre : le TF-X, un impressionnant modèle de voiture volante développé par la société américaine Terrafugia, commercialisable d’ici quelques années (mais pas encore expérimentée contrairement à l’Aeromobil), dont la vitesse de croisière oscille aux alentours de 300 km/h et l’autonomie s’élève à 800 km ; ou encore le projet en phase d’étude myCopter, en partie financé par l’UE, un moyen de transport mi-automobile mi-hélicoptère pour désengorger le trafic.

TFX

Terrafugia TF-X™, @terrafugia.com

mycopter

Mycopter, @mycopter.eu

Il va encore falloir un peu de patience, mais la révolution est véritablement en marche…

En attendant, il est toujours possible de tester des véhicules, certes qui ne volent pas, mais qui sont, au moins, propres pour l’environnement > suivez le lien vers notre espace partenaires : http://voiturelectrique.eu/demande-essai/

 

Tags : , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

A propos de

Marc Guillemot est le responsable éditorial du site http://voiturelectrique.eu